Le monde rural et celui des régions se mobilisent contre le démantèlement de leurs outils collectifs

Le président de la FTQ, Daniel Boyer, était présent à la conférence de presse qui avait lieu ce matin à Québec.

Nicolet, le 12 novembre 2014 – Solidarité rurale du Québec, une coalition d’individus et d’organismes ayant à cœur la vitalité et la prospérité des communautés rurales, a tenu une conférence de presse aujourd’hui à Québec avec plusieurs de ses partenaires et membres afin d’encourager la mobilisation qui s’organise partout au Québec contre le démantèlement des institutions de développement régional, comme le sont les conférences régionales des élus, les centres locaux d’emploi et les commissions scolaires.

« Ces organisations sont des outils de développement collectif qui appartiennent aux milieux », indiquait madame Claire Bolduc, présidente de Solidarité rurale du Québec. « Le développement en ruralité, cela ne se fait pas comme en milieu urbain. Les compétences des professionnels du développement sont essentielles aux milieux. Et si, en ville, des organisations peuvent prendre le relais, en ruralité, ce n’est pas le cas. Et avec les coupures annoncées, on ne pourra conserver ces compétences dans les milieux les plus fragiles, ceux qui en auraient le plus besoin. » « L’expertise en région rurale, c’est le nerf de la guerre en matière de développement. Cette expertise, elle existe dans les CLD et les CRÉ, mais aussi dans les services de santé et de services sociaux, dans les commissions scolaires, dans les carrefours jeunesse-emploi, qui sont autant d’acteurs importants du développement local », indique monsieur André Genest, maire de Wentworth-Nord, vice-président de Solidarité rurale du Québec.

Un appel au premier ministre

Les réformes annoncées et en voie de l’être auront des impacts majeurs sur le développement et la vitalité des régions. En conséquence, la présidente de Solidarité rurale du Québec, madame Claire Bolduc, interpelle le premier ministre afin qu’il décrète un temps d’arrêt dans la réorganisation en cours. « Présentement, ce sont 30 ans d’efforts de développement local et régional qui risquent de s’écrouler. Peut-on s’asseoir et réfléchir un peu à l’impact de tout cela dans les milieux ruraux? Peut-on imaginer une action différenciée selon les territoires? »
Madame Claire Bolduc invite par ailleurs les citoyens et les organismes soucieux du développement rural et régional de se joindre à la coalition afin de réfléchir et de soutenir les démarches de mobilisation actuellement en cours en Gaspésie, et dans plusieurs régions du Québec. « Nous tiendrons une assemblée générale extraordinaire ouverte au public le 9 décembre afin de poursuivre les réflexions et identifier ensemble les moyens dont nous disposons pour assurer la prospérité de nos communautés rurales », a-t-elle conclu.

À propos de Solidarité rurale du Québec

Créée en 1991 pour assurer le suivi des États généraux du monde rural, Solidarité rurale du Québec a pour mission de promouvoir la revitalisation et le développement du monde rural, de ses villages et de ses communautés, de manière à renverser le mouvement de déclin et de déstructuration des campagnes québécoises. Composée d’une vingtaine d’organismes nationaux, de plus de 200 membres corporatifs et individuels, la Coalition agissait, depuis juin 1997, à titre d’instance-conseil du gouvernement du Québec en matière de développement rural en comptant sur moins de 10 employés.

Source : Solidarité rurale du Québec