Le message de la FTQ au Colloque du PQ

Accueil

«Il faut favoriser la deuxième et la troisième transformation dans les régions-ressources. Le Québec doit se doter d’une politique de main-d’œuvre pour assurer la formation continue en milieu de travail. Nous devons appuyer les entreprises qui innovent et légiférer pour obliger celles qui ferment à en assumer les coûts économiques et sociaux.»

Voilà quelques pistes lancées par René Roy, secrétaire général de la FTQ, au Colloque organisé par le Parti Québécois Pour une mondialisation équitable, le samedi 5 octobre. Il a fait valoir l’implication de la centrale et de son Fonds de solidarité dans le développement des régions. «Plus de 250 militantes et militants contribuent au développement socio-économique à travers le Québec, au niveau régional, local et sectoriel. Ces gens sont formés et soutenus pour contribuer au maintien et à la création d’emplois».

Par son Fonds de solidarité, la FTQ a créé des outils de financement de risque – notamment les fonds régionaux de solidarité et les SOLIDE – qui sont à l’origine du maintien et de la création de plus de 95 000 emplois au Québec depuis une vingtaine d’années.
Mais il faut faire plus et donner aux régions les moyens d’aller plus loin avec :

• des infrastructures de recherche et de développement, comme au Saguenay – Lac-Saint-Jean, pour trouver des façons de transformer la matière (en l’occurrence l’aluminium) sur place et ainsi créer des emplois;

• des services techniques aux entreprises sur place pour favoriser la deuxième et la troisième transformation;

• des fonds sectoriels (ex : fonds minier) financés par les entreprises pour aider les régions en cas de fermetures;

• un régime d’assurance-emploi pour aider les travailleurs saisonniers;

• une loi contre les fermetures d’entreprises.