Le mentorat, une façon originale de rejoindre la relève !

Texte paru dans le Monde ouvrier, no 107, mai-juin 2014

Une entrevue avec Maxime Sabourin, président du comité des jeunes de la FTQ. Une des façons originales d’augmenter la participation des jeunes dans la vie syndicale et de créer des ponts entre les générations est d’organiser des journées de mentorat lors desquelles des membres sont invités à accompagner des conseillers ou des dirigeants syndicaux dans leurs activités régulières afin de mieux comprendre le travail syndical.

Le Monde ouvrier a rencontré le nouveau président du comité des jeunes, Maxime Sabourin, qui a lui-même participé à une de ces journées et qui en a également organisé pour des membres de la section locale 501 du syndicat des Travailleurs et Travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC).

Monde ouvrier : D’où est venue l’idée d’organiser ce type d’activité ?

Maxime Sabourin : C’est dans le cadre de la Semaine de la relève syndicale, organisée par la FTQ, que j’ai décidé de m’impliquer, tant personnellement que pour mes membres. On a organisé une journée de mentorat entre des travailleurs de Sobeys, Metro et Loblaw et des conseillers au service et au recrutement de ma section locale. C’est une activité vraiment unique parce que ça permet aux travailleurs de voir réellement en quoi consiste le travail syndical, sur le terrain comme au bureau. C’est aussi très motivant pour les conseillers syndicaux de faire connaitre leur travail.

M.O. : Qu’est-ce que cette expérience t’a apporté ?

M.S. : Comme je suis délégué syndical depuis quelques années, je connais assez bien le travail sur le terrain, mais la journée de mentorat avec mon conseiller syndical, Robert Sévigny, m’a vraiment permis de me familiariser avec tout le travail de bureau que ça implique pour les suivis : griefs, plaintes des employés, avis disciplinaires, etc. Ça m’a aussi fait connaitre davantage les différents liens qui se font avec le reste de la structure syndicale : le service juridique, la comptabilité, la négociation, etc.

M.O. : Est-ce que le mentorat s’adresse surtout à des membres qui sont déjà impliqués syndicalement ?

M.S. : Pas du tout ! Au contraire, c’est une occasion unique pour les syndicats de bâtir la relève et pour les membres de se faire connaitre dans la structure. D’ailleurs, deux de nos membres qui ont participé aux journées de mentorat l’année dernière viennent tout juste de suivre une formation au recrutement. C’est aussi très intéressant de constater que ça permet aux participants de déboulonner des mythes qu’on entend régulièrement sur les syndicats. Après une journée en compagnie de leur conseiller, ils sont mieux placés pour comprendre en quoi consiste le travail des syndicats et défendre ensuite dans leur milieu de travail l’importance de payer des cotisations afin de se regrouper et d’être représentés.

M.O. : Allez-vous renouveler l’expérience cette année ?

M.S. : C’est certain ! On a même décidé d’élargir l’activité à l’ensemble des services de la section locale : le service juridique, la comptabilité, la négociation. On aimerait que tous les services participent.

ACTIVITÉS À VENIR

Semaine de la relève syndicale

La troisième édition de la Semaine de la relève syndicale aura lieu du 27 au 31 octobre 2014. Diverses activités seront organisées telles des conférences, des soirées-débat, des séances de formation, des activités de solidarité et des activités sociales. Profitez-en pour organiser des activités de sensibilisation sur l’enjeu de la préparation de la relève syndicale dans vos milieux.

Pour plus de renseignements : www.ftq.qc.ca/semainedelareleve« >www.ftq.qc.ca/semainedelareleve
Responsable du dossier à la FTQ : Patrick Rondeau (prondeau@ftq.qc.ca« >prondeau@ftq.qc.ca ou 514 383-8043)

Camp de formation des jeunes de la FTQ

C’est du 10 au 12 septembre prochain que se tiendra le camp de formation des jeunes de la FTQ. Évènement incontournable depuis quelques années, ce camp permet à des dizaines de jeunes militants et militantes de la FTQ d’échanger, de s’informer et de débattre sur les sujets d’actualité pendant près de trois jours.

Cette année, le camp se transporte au Centre de villégiature Jouvence dans les Cantons-de-l’Est. Plusieurs sujets y seront abordés, dont la difficulté de concilier les luttes syndicales et environnementales. Des groupes environnementaux débattront avec des représentants syndicaux sur et important dossier. Il sera également question de régimes de retraite et de l’importance pour les jeunes travailleurs et travailleuses de préparer leur avenir financier. La question des éventuels états généraux sur le syndicalisme, une résolution adoptée lors du dernier Congrès de la FTQ, sera aussi abordée.

Finalement, une importante partie du camp sera consacrée au plan d’action de la FTQ pour contrer les attaques de la droite et préparer une campagne politique dès 2015 pour renverser le gouvernement fédéral. Dans tous les cas, le camp de formation 2014 permettra aux jeunes de se positionner dans les diverses campagnes à venir et d’établir le rôle qu’ils y joueront.

Pour plus de renseignements : www.ftq.qc.ca/campjeunes« >www.ftq.qc.ca/campjeunes
Inscription auprès de Yuriko Hattori (yhattori@ftq.qc.ca« >yhattori@ftq.qc.ca ou 514 383-8021).