Le marché du travail aujourd'hui: Une marmite en pleine ébullition et une grande richesse à redistribuer

L’humanité est en route vers le Paradis, clament certains prophètes.

Nous filons droit vers l’Enfer, répliquent aussitôt leurs adversaires pessimistes.

Y’a de quoi être mélangé.

Ce qui est sûr c’est que, au-dessus de toute une couche de chômeuses et de chômeurs, une partie de l’humanité a le teint vert et les yeux pochés, à force de travailler, par nécessité ou par choix. Surtout les femmes qui en plus, pour faire bonne mesure, fabriquent et éduquent quelques enfants turbulents et travaillent ainsi quatorze ou quinze heures par jour, au prix même de la qualité de leur vie.

«Le travail est devenu une nécessité telle, dans notre société, que nous sommes prêts à tout pour lui conserver sa place sans nous interroger sur les conséquences d’un tel attachement pour notre vie sociale», écrit Dominique Méda .

D’un autre côté, il y a ceux qui voient venir, à grands pas, rien de moins que la fin du travail. Le bonheur! La liberté, les p’tits oiseaux, la mer… À moins que ce ne soit la misère noire.
«Pour la première fois dans l’histoire moderne, d’immenses populations humaines pourraient être libérées de leurs longues heures de labeur sur le marché traditionnel, être libres de s’adonner longuement à des activités de loisirs. Mais les mêmes ressorts technologiques pourraient, tout aussi bien, mener à un chômage grandissant et à une crise planétaire», écrit Jeremy Rifkin .

À l’évidence, il y a de la brume dans les boules de cristal de nos prophètes. Une chatte n’y retrouverait pas ses petits! D’où vient la confusion actuelle? De l’extraordinaire chamboulement que connaît le monde qui nous intéresse au premier chef, le monde du travail. Et des angoisses qu’il suscite.

Tiré de La vraie vie
ce que tout jeune devrait savoir
sur le monde du travail
et qu’on ne lui dit pas!

Crédits:
Chargés de projet: Luc Allaire et Guy Brouillette
Rédacteur principal: Jacques Keable
Collaborations: Louis Fournier, France Laurendeau, Michel Blondin, Nicole De Sève, Jean Martin, Christian Payeur, Jean-Claude Tardif et Pierre Tellier.