LE GOUVERNEMENT CHAREST : UNE GESTION AUTORITAIRE SUR FOND DE PROMESSES ÉLECTORALES NON TENUES!

<font color=blue>La réforme actuelle, effectuée à toute vapeur, ne règlera en rien les vrais problèmes. Les Québécoises et les Québécois se sont fait piéger par le Parti libéral.  <br></font><i> Photo Didier Debusschère

La réforme actuelle, effectuée à toute vapeur, ne règlera en rien les vrais problèmes. Les Québécoises et les Québécois se sont fait piéger par le Parti libéral.
Photo Didier Debusschère

Montréal, lundi 15 mars 2004 – Vous trouverez ci-après le texte d’une lettre que les syndicats FTQ dans la santé, le Syndicat québécois des employés et employées de service (SQEES-298-FTQ) et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ) feront parvenir à l’ensemble des députés pour dénoncer les promesses électorales non tenues par le gouvernement Charest dans le secteur de la santé. La FTQ regroupe quelque 40 000 salariés dans le secteur de la santé.

Les besoins des Québécoises et des Québécois

Plus de ressources pour réduire les délais d’attente dans les urgences, pour assurer la disponibilité des médecins de famille tant en termes de nombre qu’en termes d’accès les soirs et les fins de semaine, pour améliorer l’accès aux services à domicile, pour augmenter le nombre de lits de longue durée pour les personnes incapables de rester chez elles et pour leur assurer un véritable milieu de vie, plus de ressources en santé mentale, pour les personnes et les familles aux prises avec des problèmes sociaux…. plus de ressources, pas seulement des promesses.

Les promesses du Parti libéral

Le Parti libéral a clairement énoncé dans son programme que « les difficultés du réseau de la santé et des services sociaux nécessitent un réinvestissement » et son intention de « redonner aux Québécois un système de santé et de services sociaux public efficace et performant » et de « donner des soins et des services sociaux en tout temps partout au Québec ».

La réalité

Le gouvernement Charest et le ministre Couillard sont en train de gaspiller nos impôts dans une réforme de structures dont les seuls effets seront :

- D’appauvrir les personnes salariées du réseau en mettant en place les bases qui lui permettront de sous-traiter avec le privé où les personnes sont sous-payées. L’argent engendré par les baisses salariales ne diminuera pas le coût des services; il ira, en profits, directement dans les poches des promoteurs.

- De démobiliser les personnes salariées en leur imposant des fusions et la décentralisation de leur négociation, en les privant de leur droit de choisir leur syndicat et, ce qui n’a jamais été fait à aucune personne salariée syndiquée au Québec, en leur imposant la catégorie d’emploi avec laquelle elles seront syndiquées.

- De les inciter à quitter le réseau de la santé, accroissant ainsi l’important problème de pénurie de main-d’œuvre.

- De faire supporter le fardeau du déficit des hôpitaux aux autres services du réseau et de retarder, encore une fois, l’amélioration de l’accès aux services à domicile, aux services sociaux et de prévention, à des services d’hébergement de qualité.

La réforme actuelle, effectuée à toute vapeur, ne règlera en rien les vrais problèmes. Les Québécoises et les Québécois se sont fait piéger par le Parti libéral.

NOUS VOUS DEMANDONS D’INTERVENIR À L’ASSEMBLÉE NATIONALE POUR QUE CESSE IMMÉDIATEMENT CETTE OPÉRATION DE DÉMOLITION!