« Le gouvernement Charest doit en profiter pour nommer à ce ministère une personne entièrement dédiée à l’amélioration du système public de santé » – Michel Arsenault, président de la FTQ

Départ du ministre de la Santé Philippe Couillard

Montréal, le 25 juin 2008 – Le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Michel Arsenault, demande au premier ministre Jean Charest de profiter du départ de son ministre de la Santé pour nommer à ce poste une personne qui croit et travaille au maintien et à l’amélioration du système public de santé.

Le double discours doit cesser

« Nous voulons que cesse le double discours au ministère de la Santé. Malgré l’évidence que des solutions concrètes existent à l’intérieur même du réseau public pour palier aux listes d’attente et maximiser l’utilisation des blocs opératoires et des équipements hospitaliers, le ministre Couillard a tout fait pour créer un marché pour le privé et susciter le désengagement de la RAMQ par les médecins. Le gouvernement doit prendre ses distances face à une telle approche », a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Un message clair de la part du gouvernement

« De plus en plus de professionnels de la santé s’entendent pour dire que des modifications, même mineures, des façons de faire et de l’organisation du travail permettent d’augmenter de façon significative le nombre d’interventions chirurgicales. Nous avons accepté de faire notre part pour trouver et mettre en application ces solutions. Mais encore faut-il que le message du gouvernement soit clair et sans équivoque », a ajouté le président de la FTQ.

Rappelons qu’au moment même où le ministère de la Santé mettait sur pied des projets-pilotes pour améliorer les taux d’utilisation des blocs opératoires, le ministre Couillard travaillait en parallèle à un projet de règlement à la loi 33 qui augmentait à plus de 50 le nombre d’interventions chirurgicales à être pratiquées dans des cliniques privées par des médecins désengagés.

« L’opposition à la marchandisation des soins de santé s’élargit et le premier ministre Charest doit en prendre la juste mesure au moment où il arrêtera son choix pour le futur titulaire à la santé », a conclu Michel Arsenault.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-