«Le geste de Domtar est dramatique pour les travailleurs et travailleuses de la région ainsi que pour leur famille, Domtar doit revenir à la table de négociation» -René Roy secrétaire général de la FTQ

Réaction de la FTQ à l’annonce de la fermeture de l’usine de pâte et papier de Lebel-sur-Quévillon

Le secrétaire général de la FTQ, René Roy

Le secrétaire général de la FTQ, René Roy

Montréal, le vendredi 19 décembre 2008-La décision de la multinationale Domtar de fermer définitivement ses installations de Lebel-sur-Quévillon à quelques jours de Noël est dramatique. « Si la compagnie Domtar avait accepté les propositions syndicales, nous aurions pu repartir et rentabiliser cette usine. La FTQ invite l’entreprise à revoir sa décision et à reprendre les discussions avec le syndicat pour examiner la possibilité d’une véritable relance des installations», a déclaré le secrétaire général de la FTQ, René Roy.

Québec doit agir rapidement

La FTQ en appelle au gouvernement du Québec afin qu’il vienne en aide aux travailleurs et travailleuses et aux familles affectées par cette fermeture. « Nous demandons au gouvernement Charest de mettre en place, et ce, dès maintenant un comité de reclassement et un groupe de travail afin d’étudier toutes les options possibles. Il faut de façon urgente développer des programmes de formation et voir de quelle façon nous pouvons sauver cette municipalité mono industrielle. Lebel-sur-Quévillon ne doit pas devenir une ville fantôme » a ajouté René Roy

Rappelons que c’est la compagnie Domtar qui a mis en lock-out les 400 travailleurs et travailleuses de l’usine de pâte et papier de Lebel-sur-Quévillon en novembre 2005.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

-30-