Le Front commun conclut sa tournée dans la grande région de Montréal et Laval

Négociations du secteur public

MONTRÉAL, le 11 décembre 2014. – C’est sous le thème « Avec nous, partout, au Québec » que le Front commun s’arrête dans la grande région de Montréal et Laval pour conclure sa tournée régionale. Francine Lévesque, vice-présidente de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Daniel Boyer, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et Lucie Martineau, porte-parole du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), sont de passage afin de rencontrer les travailleuses et les travailleurs des services publics et de visiter leurs milieux de travail. Une assemblée publique aura également lieu ce soir, à 18h30, à l’Usine C, 1345, avenue Lalonde, à Montréal, afin d’échanger avec les membres sur les grands enjeux de ces négociations pour le renouvellement des conventions collectives.

« Nous parlons au nom de plus de 400 000 travailleuses et travailleurs qui œuvrent dans tous les domaines, dans toutes les régions du Québec. Cette négociation est importante, non seulement pour nos membres, mais pour toute la population. Il ne s’agit pas seulement de donner à nos membres les conditions de travail qu’ils méritent, mais aussi d’assurer l’avenir des services publics », déclare Francine Lévesque.

Les services publics : un moteur économique régional

Dans la grande région de Montréal et Laval, environ 162 465 salariés des services publics contribuent à dynamiser l’économie en détenant 14% des emplois. C’est une somme de plus de 6 milliards de dollars qui sont injectés dans l’économie régionale. Du côté de la fonction publique, ce sont 17 555 femmes et hommes qui donnent vie aux programmes gouvernementaux et qui répondent aux besoins de la population. Dans le secteur de la santé et des services sociaux, ce sont 85 445 travailleuses et travailleurs dévoués qui prennent soin de nos familles. Nos enfants côtoient 47 040 personnes dans les commissions scolaires, dont une forte majorité contribue directement à l’abc de leur formation. Dans les cégeps, ils sont plus de 12 425 à permettre aux jeunes de la région d’avoir accès à une éducation postsecondaire de qualité. Ils agissent aussi en tant que vecteurs de développement économique.

« Nous sommes face à un enjeu majeur. Le gouvernement prévoit le départ à la retraite de 15 000 employés du secteur public annuellement, au cours des prochaines années. Des mesures concrètes d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre doivent être convenues avec le gouvernement. Nous devons, dès aujourd’hui, prendre les moyens nécessaires pour assurer la continuité et la qualité des services publics dans la région », a ajouté Daniel Boyer.

Des conditions de travail qui doivent être améliorées

L’écart salarial entre les travailleuses et les travailleurs des services publics et ceux des autres secteurs ne cesse de croître. L’Institut de la statistique du Québec (ISQ) l’estimait à 8,3 % en novembre 2013. Pour ce qui est de la sécurité d’emploi, 52 % des emplois dans le secteur public sont à statut précaire ou à temps partiel. C’est plus de la moitié des travailleuses et des travailleurs en négociation qui ne bénéficient d’aucune sécurité d’emploi.

Les demandes salariales du Front commun sont de l’ordre de 4,5 % par année, pour une convention collective d’une durée de trois ans. Elles s’expliquent ainsi : 2 % par année pour combler le retard de la rémunération globale identifié par l’ISQ; 2 % supplémentaires pour maintenir la parité salariale avec les autres salariés québécois au cours de la durée de la convention et afin d’assurer une protection contre la hausse du coût de la vie et, enfin, un montant fixe équivalent à 0,5 % du salaire moyen afin que la croissance économique du Québec puisse bénéficier aux employés de l’État.

« Il est grand temps de donner aux travailleuses et aux travailleurs des services publics les conditions de travail qu’ils méritent. Il est faux de prétendre qu’ils bénéficient d’une sécurité d’emploi justifiant une rémunération inférieure au reste du marché du travail. Les employés du secteur public revendiquent ce qui leur revient, ni plus, ni moins », a souligné Lucie Martineau.

Le Front commun mobilisé partout au Québec

En convenant de revendications communes et en joignant leurs forces, les membres des organisations du Front commun établissent un rapport de force considérable pour faire valoir leurs revendications. « Le gouvernement doit prendre acte de cette force qui s’oppose à l’austérité, aux compressions et à la privatisation dans les services publics. Il est temps d’envisager des solutions progressistes, porteuses pour l’avenir du Québec, à commencer par des services publics forts et adéquatement financés », ont conclu les leaders syndicaux.

À propos

Le Front commun regroupe la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP, formé de la CSQ, du SFPQ et de l’APTS). Ensemble, ces organisations représentent plus de 400 000 travailleuses et travailleurs des réseaux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la fonction publique du Québec. Les conventions collectives du secteur public viendront à échéance le 31 mars 2015