Le Forum social mondial démarre à Pôrto Alegre

Accueil

Nicole Bluteau, vice-présidente de la FTQ, en compagnie de Louise Beaudoin, ministre des Relations internationales et de Daniel Turp, responsable du dossier mondialisation au Parti québécois.

Nicole Bluteau, vice-présidente de la FTQ, en compagnie de Louise Beaudoin, ministre des Relations internationales et de Daniel Turp, responsable du dossier mondialisation au Parti québécois.

Le 31 janvier vers 16h00 a démarré, sous la pluie, une marche qui a réuni les participantes et les participants au Forum social mondial. Le Forum en est à sa 2e édition à Porto Alegre au Brésil. Il est la contrepartie de la société civile au Sommet économique de Davos qui, cette année, se tient à New-York.

On n’a pas attendu le début officiel du Forum pour se mettre au travail. Le mouvement syndical brésilien, en collaboration avec le mouvement syndical international, a organisé un premier Forum syndical sur le travail et le syndicalisme. Les membres de la table ronde nous ont rappelé que les objectifs du Forum social mondial sont très près de ceux du mouvement syndical: créer un nouveau contrat social pour un travail décent, développer une gouvernance mondiale non limitée aux normes commerciales, empêcher les transnationales de se substituer au rôle social de l’État et faire la lutte à la pauvreté par de véritables politiques de développement durable et non par de seules mesures d’ajustement structurel. On a rappelé la nécessité de donner plus de pouvoirs à l’Organisation internationale du travail (OIT) en suggérant notamment de créer une structure transversale au-dessus des organisations actuelles telles le FMI, la Banque mondiale et l’OMC. Ces objectifs ne pourront être atteints sans une grande solidarité au sein du mouvement syndical mais aussi avec les autres acteurs de la société civile.

Sur la photo, Nicole Bluteau, vice-présidente de la FTQ, en compagnie de Louise Beaudoin, ministre des Relations internationales et de Daniel Turp, responsable du dossier mondialisation au Parti québécois lors d’une réception où le gouvernement du Québec accueillait toutes les Québécoises et Québécois venus en grand nombre à Porto Alegre.