Le Conseil général de la FTQ recommande le vote pour le Bloc

Le président de la FTQ, Michel Arsenault et le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe

Le président de la FTQ, Michel Arsenault et le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe

« Après cinq ans de reculs et de mépris, nous avons besoin d’une voix forte pour nous faire respecter. Seul le Bloc peut porter cette voix en notre nom » – Michel Arsenault et Daniel Boyer, président et secrétaire général de la FTQ

Montréal, lundi le 11 avril 2011 – Le Conseil général extraordinaire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), la plus importante instance de la centrale entre les congrès, a donné son appui au Bloc Québécois et demande à ses syndicats affiliés et leurs membres de soutenir activement les candidats et candidates du Bloc lors du scrutin du 2 mai prochain.

Le Bloc : un fidèle allié des travailleuses et des travailleurs

« Le Bloc Québécois est le parti le plus apte à porter les intérêts et les aspirations légitimes de la population québécoise à Ottawa. Il a toujours fait la démonstration de sa solidarité avec les travailleuses et les travailleurs québécois, les chômeurs et les plus démunis », a fait valoir le président de la FTQ à l’issue du débat des délégués du Conseil général de la FTQ.
Téléchargez la déclaration de la FTQ présentée au conseil général extraordinaire.

Le Bloc défend nos valeurs et les intérêts du Québec à Ottawa

« C’est aussi un parti dont le programme et les orientations à l’égard de l’avenir du Québec et de la question nationale sont compatibles avec les positions de notre centrale », a soutenu pour sa part Daniel Boyer.

« Sur l’accessibilité à l’assurance-emploi,l’amélioration des lois canadiennes du travail, le français comme langue de travail pour les salariés sous juridiction fédérale au Québec, les retombées équitables pour le Québec dans le secteur aéronautique, la défense des droits des femmes, celle des personnes immigrantes et celle des aînés, le Bloc est de notre camp.

Les conservateurs : bilan économique et social désolant

« À l’enseigne de son idéologie, le Parti conservateur a mis une croix sur les investissements sociaux en privilégiant les intérêts des grandes entreprises et des mieux nantis, tout en muselant le Québec. Tout pour les sables bitumineux et l’industrie automobile ontarienne, des milliards pour les avions militaires, des miettes pour les manufactures du Québec », a ajouté le président de la FTQ.

Un appel à voter

« Qu’on soit jeune ou vieux, homme ou femme, il importe d’aller voter, les enjeux sont trop importants. Certains enjeux plus sectoriels, comme le développement d’une fonction publique de qualité, le maintien d’un système postal public, la défense de l’industrie culturelle, pour n’en nommer que quelques-uns, interpellent des pans entiers de la population », ont conclu les dirigeants syndicaux.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.

-30-