Le Conseil du trésor fait du surplace

Les ouvriers spécialisés du secteur public

Montréal, le 17 janvier 2014. – Le mardi 14 janvier, les représentants de la CSN, de la FTQ, de la CSQ et du SFPQ rencontraient le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, pour discuter du dossier des ouvriers spécialisés du secteur public. Les travaux du groupe de travail mis en place en 2010 ayant mené à un rapport sans aucune recommandation conjointe, l’intersyndicale souhaitait présenter au ministre ses pistes de solution.

Sur l’enjeu de la rémunération, le Conseil du trésor s’est montré intraitable. Malgré les dernières données de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) qui font état d’un écart salarial important (environ 34 %) entre le secteur privé et le secteur public, le ministre Bédard refuse toujours de reconnaître le lien de causalité entre la rémunération et les problèmes d’attraction-rétention des ouvriers spécialisés dans les établissements publics. « Nous avions des attentes légitimes face à cette rencontre. Nous voulions en sortir avec des engagements concrets du Conseil du trésor pour la reconnaissance des travailleurs. Puisque ce n’est pas le cas, nous ne pouvons qu’être déçus », ont déclaré les porte-parole syndicaux. « Cependant, nous avons bien entendu le ministre lorsqu’il s’est dit prêt à intervenir auprès des responsables des réseaux pour favoriser une meilleure utilisation de la main-d’œuvre dans les établissements. L’intersyndicale demande au Conseil du trésor d’envoyer un message clair pour que cesse la sous-traitance. »

À plusieurs reprises dans la rencontre, le ministre s’est dit sympathique aux revendications des ouvriers, ayant lui-même travaillé jadis à l’entretien ménager au CSSS de Chicoutimi. « Le ministre nous joue-t-il du violon lorsqu’il se montre sensible au travail des ouvriers du secteur public ? S’il est sincère, cela doit se traduire par une réelle volonté politique de régler ce dossier une fois pour toutes », ont conclu les représentants de la CSN, de la FTQ, de la CSQ et du SFPQ.

Pour l’intersyndicale, l’objectif reste celui fixé en 2010 lors de la mise en place du groupe de travail : obtenir un règlement satisfaisant pour les ouvriers spécialisés du secteur public avant la négociation 2015. Afin d’y arriver, les travailleurs se feront entendre. Des actions sont à prévoir dans les prochaines semaines.

Environ 7000 ouvriers spécialisés (électriciens, plombiers, tuyauteurs, frigoristes, mécaniciens, etc.) travaillent dans les établissements publics du Québec. Ils sont représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux (CSN), la Fédération des employées et employés des services publics (CSN), le Syndicat québécois des employées et employés de service (FTQ), le Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ), le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureaux (FTQ), l’Union des employées et employés de service (FTQ), la Fédération du personnel de soutien scolaire (CSQ), la Fédération du personnel de soutien de l’enseignement supérieur (CSQ) et le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).