« L’attitude du gouvernement Harper ne peut porter qu’un nom : celui de mépris. Le nombre de chômeurs et de chômeuses dont le dossier de traitement est en suspens augmente de façon scandaleuse! » – Daniel Boyer, secrétaire général, FTQ

Service Canada/Assurance-emploi – De pire en pire!

Montréal, le 2 mars 2012 – La Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec tient à rendre publiques de nouvelles données quant au nombre de dossiers d’assurance-emploi soumis à des délais de traitement inadmissibles.

« Il y a un mois à peine, nous dénoncions les quelque 80 000 dossiers en retard de traitement. Le ministre fédéral de l’Industrie, Christian Paradis, s’expliquait alors en ondes, en prétextant une hausse soudaine des demandes.  » On a réembauché des employés qu’on avait mis à pied « , disait-il.

« Or, si l’on constate aujourd’hui une amélioration dans le traitement des premières demandes de prestations, il n’en demeure pas moins que seulement 43,9 % des nouvelles demandes sont traitées dans les délais. Par contre, la situation s’est empirée pour ce qui est du nombre de dossiers en attente pour des raisons diverses. Malgré le meilleur traitement des premières demandes, on se retrouve avec un accroissement de plus de 10 % du total des dossiers en attente en un mois seulement », a poursuivi le dirigeant de la FTQ.

« Plus ça change, pire c’est! »

« Il est important de savoir que depuis l’arrivée au pouvoir des conservateurs, le retour d’appel de Service Canada aux personnes qui tentent de le rejoindre est passé de 48 heures à 3 jours, puis à 5 jours, pour se faire dire en bout de ligne qu’il y a un retard significatif dans le traitement des dossiers, c’est plus
qu’indécent
», a conclu Daniel Boyer.

Par ailleurs, la FTQ salue la décision du commissaire à l’éthique du Canada qui a décidé de lancer une enquête relativement au déménagement d’un centre d’assurance-emploi de Rimouski à Thetford Mines, dans la circonscription du ministre Paradis, et dans des locaux qui appartiendraient à un associé de la famille.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.