L'ARENA DE BOISBRIAND REMPLI A PLEINE CAPACITE POUR APPUYER LES TRAVAILLEURS DE L'AUTOMOBILE

Henri Massé, président de la FTQ

Henri Massé, président de la FTQ

Boisbriand, le 22 février 2002 - L’aréna de Boisbriand était rempli à pleine capacité vendredi après-midi alors que divers intervenants de la région métropolitaine étaient réunis dans le cadre de la tournée pan-québécoise des Travailleurs canadiens de l’automobile-Québec(TCA-Québec), organisée pour sensibiliser le Québec tout entier aux impacts de la fermeture de l’usine GM de Boisbriand, le 22 septembre prochain.

Députés, maires, gens d’affaires et travailleurs de l’usine étaient présents pour lancer un même message : pas question d’abandonner la lutte, pas question d’abdiquer 8 000 emplois directs et indirects. Au total, neuf invités ont adressé la parole aux participants.

Le président du comité de soutien à l’industrie automobile et maire de Boisbriand, Robert Poirier, a demandé aux deux nouveaux ministres de l’Industrie, Pauline Marois et Allan Rock d’intervenir pour sauver « l’usine GM et les milliers d’emplois reliés à l’industrie de l’automobile au Québec ». Il a également annoncé à la faveur de ce rassemblement, qu’il organisera une délégation spéciale qui se rendra à Détroit pour convaincre les dirigeants de GM de renoncer à leur plan de fermeture de l’usine de Boisbriand.

Fiers des appuis recueillis, Luc Desnoyers, directeur québécois des TCA-Québec et vice-président de la FTQ, en a dressé un bilan positif. « 60 000 cartes postales adressées au premier ministre Jean Chrétien sont distribuées et 60 000 personnes ont signé la pétition en guise de soutien aux travailleurs de l’usine GM de Boisbriand. Tenant compte du membership des grandes centrales syndicales qui mettent l’épaule à la roue et des 580 villes qui se sont rangées derrière la cause, ce sont 1,7 million de Québécoises et de Québécois qui sont solidaires », annonce monsieur Desnoyers.

Invité à prendre la parole en sa qualité de ministre responsable de la région des Laurentides, Richard Legendre a déclaré qu’il était « inacceptable que l’on ferme la seule usine d’automobile au Québec, alors qu’il y a concentration de l’industrie automobile en Ontario ». Le ministre a aussi rappelé que « le gouvernement du Québec n’a jamais hésité à investir dans l’usine de Boisbriand qui est reconnue pour sa performance et sa productivité ».

« La mondialisation nous fait perdre une industrie stratégique pour le développement régional et pour le Québec, a pour sa part déploré Marc Laviolette, président de la CSN. Les Québécoises et les Québécois doivent se tenir aux côtés des travailleurs de l’usine GM pour que les gouvernements agissent et forcent la direction de GM à réviser sa décision. »

Le président de la FTQ, Henri Massé, a expliqué que l’objectif de la mobilisation pan-québécoise est non seulement d’empêcher le démantèlement de l’usine GM mais de sauver l’industrie automobile au Québec. « Cette usine, qui a vu le jour en 1965, a été payée à coup de subventions et elle appartient aux Québécoises et aux Québécois. Nous allons augmenter la pression, chaque jour, pour que le Québec conserve ce qui lui appartient. »

Le président de la section locale 1163 des TCA à l’usine Boisbriand, Sylvain Demers, a dit que les travailleurs se tiennent en bloc derrière leurs dirigeants. « Ils ne lâcheront pas prise. Pour eux, trente-sept années d’investissements, ça se défend. Notre tournée de sensibilisation reçoit un accueil très chaleureux dans toutes les régions. Mais il nous faut l’appui et l’implication de chacun pour affronter le géant américain. »

Se référant au climat actuel, le président du comité d’usine, Daniel Bélanger, raconte que des travailleurs se questionnent quant à leur avenir. « Ils ont cru en GM et voit des années d’efforts s’envoler », déclare celui pour qui l’industrie de l’automobile ne doit pas glisser des mains des Québécoises et des Québécois.

L’ancien président de la FTQ et fondateur du Fonds de solidarité de la FTQ, Louis Laberge, a fait une rare mais galvanisante intervention en appui aux travailleurs. Le directeur des TCA-Québec, Luc Desnoyers, a conclu la ronde des allocutions en dressant un bilan de la tournée régionale et des appuis recueillis à ce jour.

C’est rempli d’espoir que les milliers de participants ont quitté l’aréna sous ce qui est devenu une chanson d’espoir et de ralliement pour les travailleurs de l’usine GM de Boisbriand : Toujours vivant, de Gerry Boulet.

Renseignements :
Diane Larocque, Ville de Boisbriand,(450) 435-1954, poste 275

Isabelle Perreault, TCA-Québec, (514) 573-5218