La majorité des jeunes d’aujourd’hui travaille, mais ce Livre blanc ne mentionne pas l’équité en emploi

Sortie du Livre blanc sur la politique jeunesse

Montréal, le mardi 4 février : Le comité Jeunes FTQ, Force Jeunesse et le Comité national des jeunes de la CSN accueillent favorablement la sortie du Livre blanc sur la politique jeunesse, mais notent avec déception l’absence de référence à la notion d’équité intergénérationnelle en emploi. Ces groupes avaient pourtant déposé un mémoire portant sur ce sujet dans le cadre des consultations « Destination 2030 » qui visaient à alimenter ce Livre blanc. Non seulement, aucune référence n’apparaît, mais en plus la demande principale des groupes jeunes à ce sujet, c’est-à-dire l’élimination des clauses de disparité de traitement (clauses « orphelin »), n’est pas mentionnée comme un objectif de société.

Ces groupes jeunes promettent de répondre à l’invitation du député Léo Bureau-Blouin et d’être présents à la Commission parlementaire pour débattre du renouvellement de la politique québécoise de la jeunesse en y faisant valoir leurs demandes, en particulier l’importance de donner comme objectif à la société québécoise de combattre la discrimination en emploi sur la base de l’âge.

L’état de la situation est préoccupant. Selon l’évaluation conservatrice publiée dans une étude préparée par ces groupes jeunes, près d’un travailleur sur cinq (18 %) œuvre dans un milieu de travail où se vivent de telles disparités. Le flou juridique dans la Loi sur les normes du travail permet l’instauration de telles disparités à l’intérieur des régimes complémentaires de retraite et des assurances collectives et contribue pour le quart de ces situations. Cela fait en sorte par exemple que de nombreux jeunes entrent sur le marché du travail en étant couverts par des régimes à cotisations déterminées, plutôt que par des régimes à prestations déterminées. « C’est une discrimination flagrante et inacceptable alors que la vaste majorité des jeunes d’aujourd’hui sont en emploi,c’est pourquoi c’est légitime d’attendre de cette nouvelle politique qu’elle mentionne ce problème d’équité intergénérationnelle, » a déclaré M. Alain Querry, représentant du comité Jeunes FTQ.

Le gouvernement ne devrait pas rester muet devant la problématique, en particulier à l’heure où se discute l’avenir du système de retraite québécois avec les partenaires patronaux et syndicaux réunis dans un forum de travail (secteur privé) annoncé en décembre dernier par la ministre du Travail, Mme Agnès Maltais. « Nous traiterons sérieusement de ce problème dans le cadre du forum de travail sur les régimes complémentaires de retraite et nous appelons l’ensemble des partenaires, patronaux et syndicaux, à parler d’une même voix contre les clauses de disparité de traitement, » a indiqué M. Éloi Beaumier-Lafontaine, président du groupe Force Jeunesse, participant à ce forum. « Cependant, nous espérions que le sujet soit aussi abordé dans ce Livre blanc pour que le signal du gouvernement à l’égard des partenaires soit clair, » a-t-il ajouté.

« Nous attendons d’ailleurs toujours une réponse de la part de Mme Maltais à une demande de rencontre à ce sujet formulée au mois de novembre », a indiqué M. Alexandre Roy, représentant du Comité national des jeunes de la CSN. « En tant que jeune travailleur dans une usine, pour l’instant j’ai du mal à me retrouver dans ce Livre blanc, » a-t-il ajouté.

Ces groupes jeunes ont indiqué qu’ils allaient travailler fort dans les prochains mois pour faire comprendre au gouvernement l’importance d’inclure l’équité intergénérationnelle en emploi dans les grandes orientations guidant la nouvelle politique jeunesse québécoise. Ces groupes jeunes promettent d’être présents à la Commission parlementaire pour débattre du renouvellement de la politique québécoise de la jeunesse et y feront valoir leurs demandes.

Les groupes jeunes demandent également au gouvernement et à l’Assemblée nationale de faire le nécessaire pour que l’interdiction des clauses de disparité de traitement, en vigueur depuis 2000 et touchant notamment les salaires, soit mieux respectée alors que les efforts actuels donnent des résultats limités.

L’étude précédemment citée, qui avait été déposée dans le cadre des consultations Destination 2030 en vue de la préparation de ce Livre blanc peut être consultée à l’adresse suivante : http://goo.gl/C009aq« >http://goo.gl/C009aq . Ces groupes représentent les jeunes des deux plus grandes centrales syndicales du Québec, ainsi que des jeunes s’étant mobilisés et organisés depuis 1998 sur la question spécifique des clauses de disparité de traitement.

Liste des porte-parole :
­ Alain Querry, Comité Jeunes de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (CJ-FTQ)
­ Alexandre Roy, Comité national des jeunes de la Confédération nationale des syndicats (CNJ-CSN)
­ Éloi Beaumier-Lafontaine, président, Force Jeunesse (FJ)

Liste des groupes :

Comité Jeunes FTQ
Le comité Jeunes FTQ a pour mandat de conseiller la FTQ sur les questions touchant la jeunesse, notamment en matière de promotion du syndicalisme, de formation syndicale, d’information, de recrutement, de santé et de sécurité et des conditions de vie des jeunes.

Comité national des jeunes CSN
Le Comité national des jeunes CSN a pour mandat principal de conseiller la CSN sur l’ensemble des questions pouvant toucher de près ou de loin les conditions de vie et de travail des jeunes, qu’ils soient syndiqués ou non. Il se fait également l’ambassadeur de la CSN auprès des jeunes dans la société québécoise.

Force Jeunesse
Fondé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs qui oeuvre à la défense et à l’amélioration des conditions de travail des jeunes travailleurs, des perspectives d’emploi de la relève et de l’équité intergénérationnelle dans les politiques publiques.