La FTQ vous souhaite un heureux temps des Fêtes!

Bureau de la FTQ. De gauche à droite, première rangée : Anouk Collet, TUAC; Michel Ouimet, Unifor; Daniel Boyer, président FTQ; Serge Cadieux, secrétaire général FTQ; Daniel Roy, Métallos. Deuxième rangée : Louise Michaud, AIMTA; Yves Ouellet, FTQ-Construction; Louise Mercier, UES-800; Jean-Pierre Ouellet, SQEES-298;Christian Martel, STTP; Denis Dumouchel, Conseil régional FTQ du Suroît; Marcelle Perron, AFPC; Simon Berlin, SEPB-Québec; Gerry Boutin, Teamsters; Lucie Levasseur, SCFP. Troisième rangée : Magali Picard, AFPC et Gilles Brosseau, AIMTA.

« Dans cette glorieuse lutte pour les droits civiques qui est la nôtre, nous devons prendre garde à ne pas nous laisser berner par de faux slogans comme « le droit au travail » qui ne donne ni droit, ni travail. Il n’a pour but que la destruction des organisations ouvrières et de la liberté de la négociation collective. » — Martin Luther King, 1961

Au nom de l’ensemble du personnel de la FTQ et en notre nom personnel, nous désirons vous souhaiter un heureux temps des Fêtes. L’année 2014 qui s’amorce bientôt sera certes remplie de défis, mais elle sera surtout l’occasion de retrouver confiance en l’avenir.

Le Québec demeure le bastion du syndicalisme en Amérique avec un taux de syndicalisation autour de 40 %. Nous en sommes fiers et nous voulons préserver cette capacité du mouvement syndical d’être un acteur important dans tous les enjeux touchant les Québécois et les Québécoises.

La FTQ est une grande organisation, forte et en santé. Elle continuera à interpeller les employeurs afin de faire respecter les droits et les acquis des travailleurs et des travailleuses et à talonner les gouvernements afin de faire évoluer la société québécoise. Tout particulièrement, il faut mettre un terme à l’arrogance des conservateurs, qui ont ouvertement déclaré la guerre au mouvement syndical et aux plus démunis de la société. Cela est inadmissible et la FTQ se mobilisera afin de contrer les attaques sournoises et vicieuses de la droite contre les acquis syndicaux.

L’éthique et l’intégrité, la fierté d’être syndiqué et l’action politique, voilà les trois piliers du programme auquel nous vous convierons dans les prochains mois en plus de mettre en œuvre les résolutions du dernier congrès. Elles couvrent un éventail de préoccupations qui touchent autant les travailleurs et travailleuses que l’ensemble de la population du Québec : privatisation des services publics, santé et sécurité du travail, régimes de retraite, clauses « orphelin », politiques économique et industrielle, ressources naturelles et énergétiques, régime d’assurance-emploi, formation, égalité des hommes et des femmes, charte des valeurs… L’agenda est bien rempli!

Nous vous laissons avec un message d’espoir et de solidarité. Nous ne sommes jamais aussi forts que par le nombre. Il n’y aura pas une seule personne qui va faire la différence. C’est tous ensemble que nous allons faire une différence.

Dans les semaines et les mois à venir, il va falloir convaincre nos confrères et nos consœurs, dans tous les milieux de travail, que notre mouvement est le seul qui peut protéger les acquis.

Il va falloir rappeler que c’est notre mouvement qui a contribué, avec sa sueur et sa détermination, à créer le Québec moderne.

Merci à tous les militants et militantes de continuer à affirmer haut et fort les valeurs syndicales de justice et de solidarité dans les milieux de travail. C’est grâce à vous si nous avons une grande organisation syndicale.

Nous vous souhaitons des fêtes agréables et reposantes remplies d’amitié et de chaleur.

À l’an prochain !