La FTQ sidérée par les propos de Philippe Couillard sur le bilinguisme au travail

Montréal, le 28 mars 2014 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec est sidérée par l’aplaventrisme flagrant manifesté par Philippe Couillard sur la langue de travail au Québec, lors du débat des chefs de la veille. Faut-il rappeler que la FTQ et ses syndicats affiliés ont mené de nombreuses batailles, non seulement pour pouvoir travailler en français, mais même pour pouvoir négocier en français!

Septembre 1970

Il y a plus de quarante ans, en septembre 1970, les 2 300 ouvriers de l’usine de montage de General Motors (GM) à Sainte-Thérèse, représentés par les Travailleurs canadiens de l’automobile (FTQ), entamaient une grève de trois mois, dont l’un des enjeux était l’instauration du français comme langue de travail à l’usine.

Ce fut là l’un des déclencheurs du mouvement pour la loi 101 et l’occasion, pour les organisations syndicales, d’entamer une bataille qui se poursuit toujours pour faire du français la langue de travail au Québec.

L’identité du Québec

Pour Monsieur Couillard, il est manifeste que le Québec n’a plus de caractère distinct et qu’il doit se comporter comme une province parmi les autres.

Monsieur Couillard, de plus, fait fi des conditions de travail et argumente que le bilinguisme s’impose parce que, le cas échéant, un visiteur d’une ligne de montage québécoise — provenant de Londres ou de New-York — devrait pouvoir se faire répondre en anglais par les travailleurs et les travailleuses d’une usine!

C’est inacceptable. C’est vouloir faire reculer le Québec loin en arrière, alors que les objectifs n’ont pas été atteints, tant dans l’intégration en français des personnes immigrantes que dans l’exercice réel du travail en français.

Manifestement, Philippe Couillard est loin de connaître « les vraies affaires » dans les usines du Québec.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.