La FTQ se réjouit des changements annoncés

Amendements à la Loi sur l’équité salariale

Montréal, le 27 mai 2009 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) se réjouit des changements annoncés aujourd’hui par le gouvernement à la Loi sur l’équité salariale qui viennent renforcer son application.

« C’est une journée importante pour les travailleuses du Québec. C’est un autre pas dans la bonne direction pour l’égalité entre les sexes. Nous avons travaillé tellement fort et depuis longtemps pour les obtenir, c’est un gain pour nous », affirme le secrétaire général de la FTQ, René Roy.

La FTQ est à pied d’œuvre depuis longtemps pour s’assurer d’une plus juste rémunération pour les travailleuses, mais aussi pour que les résultats respectent l’esprit de la loi tant pour la réalisation même de l’équité salariale que pour son maintien. Dans son mémoire déposé en commission parlementaire, la FTQ saluait les efforts du gouvernement pour bonifier la Loi sur l’équité salariale, supporter la Commission de l’équité salariale (CÉS), et inciter les employeurs récalcitrants à se conformer à la Loi.

« Nous sommes heureux de constater que le gouvernement veuille faire en sorte que le plus grand nombre possible d’employeurs au Québec respectent ce droit fondamental des femmes à être payées de façon équitable pour ce qu’elles font », déclare René Roy.

La FTQ soulevait toutefois dans son mémoire plusieurs inquiétudes dont les plus sérieuses touchaient les dispositions concernant l’estimation des écarts salariaux et celles portant sur le maintien de l’équité salariale. Les modifications adoptées aujourd’hui répondent en partie à ces inquiétudes.

Certains aspects des changements apportés aujourd’hui sont particulièrement bien reçus par la centrale. Notamment, un principe rétroactif pour les ajustements salariaux, le maintien des pouvoirs et fonction de la CÉS et de son pouvoir d’intervention devant la Commission des relations de travail (CRT), le Comité consultatif paritaire des partenaires, la reddition de comptes exigés pour les employeurs et surtout des balises pour le maintien de l’équité salariale une fois atteinte.

« Sur le maintien de l’équité salariale, j’en profite ici pour interpeller l’ensemble des employeurs pour ouvrir à la participation des travailleuses et des syndicats dans le processus du maintien. À la FTQ, on pense que c’est un gage de succès des travaux et d’amélioration du climat de travail », a ajouté René Roy.

Le tiers des membres de la FTQ sont des femmes
La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de un demi-million de membres, dont plus du tiers sont des femmes, ce qui en fait la centrale qui représente le plus grand nombre de travailleuses syndiquées au Québec. Celles-ci se retrouvent dans tous les milieux de travail, dans les secteurs public, parapublic et privé.