La FTQ recommande le maintien et la consolidation de la Loi

Commission parlementaire sur la Loi sur l’équité salariale

Photos de la commission parlementaire.

Québec, le 19 février 2008. « La Loi proactive sur l’équité salariale est toujours indispensable. Elle doit être bonifiée et son caractère obligatoire doit être maintenu », tel est le message que le secrétaire général de la Fédération des travailleurs et travailleuse du Québec (FTQ), René Roy, livrera à la Commission parlementaire sur la mise en œuvre de la Loi sur l’équité salariale aujourd’hui.

La FTQ, qui a été des toutes premières batailles pour obtenir la Loi sur l’équité salariale, réitère dans son mémoire que cette loi est un acquis social majeur dans la quête de l’égalité des femmes et que nous devons tout faire pour le préserver et pour l’améliorer.

Les demandes que la FTQ exprime dans son mémoire s’appuient sur des enquêtes terrain qu’elle a elle-même menées auprès de ses syndicats affiliés et sur les chiffres rendus publics dans le Rapport du ministre du Travail. « Bien que la Loi nous ait permis de faire des pas de géant, le travail est loin d’être terminé et la réalisation de l’équité salariale demeure encore un objectif à atteindre pour de trop nombreuses travailleuses, de la grande comme de la petite entreprise », affirme la vice-présidente représentant les femmes à la FTQ, Louise Mercier.

Les enquêtes que la FTQ a menées dans les milieux de travail révèlent également que là où les syndicats prennent part aux travaux, l’équité salariale donne de meilleurs résultats. Leur rôle aux plans de la sensibilisation, de la formation et de l’application de la loi au quotidien est donc déterminant.

Pour la FTQ, le caractère obligatoire de la loi est aussi absolument indispensable, car les mesures incitatives auprès des entreprises n’ont jamais eu d’impact sur la discrimination salariale fondée sur le sexe. Et bien que la loi ait été votée à l’unanimité et que tous adhèrent au principe de l’équité salariale, 82 % des entreprises ayant commencé un exercice d’équité salariale, l’ont fait parce que la loi l’exigeait.

Une étape déterminante pour les travailleuses du Québec

La consultation, qui débute aujourd’hui à Québec, est importante pour l’ensemble des travailleuses du Québec, car il s’agit de faire l’évaluation de la Loi sur l’équité salariale et de son application depuis son entrée en vigueur en novembre 1997. Cette commission parlementaire décidera donc de l’avenir de la Loi et par conséquent de celui de la Commission de l’équité salariale.

La Commission de l’équité salariale : toujours nécessaire

Dans un contexte où la Commission sur l’équité salariale doit jouer un rôle essentiel dans l’atteinte et le maintien de l’équité salariale partout, la FTQ réclame son maintien intégral et des ressources adéquates et suffisantes pour qu’elle puisse bien faire son travail.

Rappelons que la FTQ a été de toutes les luttes pour obtenir cette loi qui oblige tous les employeurs de 10 salariés et plus à réaliser l’équité salariale dans leur entreprise. La FTQ a participé à toutes les coalitions et consultations en proposant des solutions concrètes et réalistes aux difficultés rencontrées.

Le tiers des membres de la FTQ sont des femmes

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de un demi-million de membres, dont plus du tiers sont des femmes, ce qui en fait la centrale qui représente le plus grand nombre de travailleuses syndiquées au Québec. Celles-ci se retrouvent dans tous les milieux de travail, dans les secteurs public, parapublic et privé.

-30-

Renseignement : Isabelle Gareau, FTQ,
bureau : 514 383-8028, cellulaire : 514 953-0142