La FTQ réagit à la décision du gouvernement de ne plus abolir la Commission de l’équité salariale

« Il faut saluer la décision de la présidente du Conseil du trésor qui a su écouter les arguments des différents groupes, dont la FTQ »
-Daniel Boyer secrétaire général de la FTQ

Montréal, le 6 mai 2011- « La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) ne peut que se féliciter du recul du gouvernement du Québec qui a finalement compris l’important préjudice qu’aurait causé l’abolition de la Commission de l’équité salariale ( CÉS), pour l’intégrer à la Commission des normes du travail », a déclaré le secrétaire général de la FTQ, Daniel Boyer.

« Il est important de mentionner que l’abolition de la Commission aurait mis en péril tous les efforts réalisés à ce jour en équité salariale ainsi que tout le suivi des plaintes. La FTQ rappelle qu’au 31 décembre 2010, 50 % des entreprises au Québec n’avaient toujours pas réalisé l’équité salariale », a ajouté la vice-présidente de la FTQ, Louise Mercier, également responsable du dossier de l’équité au sein de la FTQ.

« L’intégration de la CÉS aurait également entraîné une perte importante de l’expertise au sein de la Commission. Cela a été dénoncé haut et fort par la FTQ lors de la Commission parlementaire chargée d’étudier tout ce dossier. La FTQ salue la sagesse de la présidente du Conseil du trésor Michelle Courchesne qui a finalement opté pour le gros bon sens », a conclu Daniel Boyer.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de 600 000 membres.

– 30-