LA FTQ PRÉOCCUPÉE PAR LES RAMIFICATIONS DE L’ENTENTE

Entente sur le Buy American : clarté demandée!

Le secrétaire général de la FTQ, René Roy

Le secrétaire général de la FTQ, René Roy

Montréal, 5 février 2010 – Prenant acte de l’entente annoncée entre le Canada et les États-Unis, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) a exprimé son inquiétude sur les ramifications possibles de cet accord. En effet, pour des gains modestes et de nature éphémère, les gouvernements canadien et québécois mettent potentiellement à mal la capacité à long terme des provinces et municipalités d’utiliser les achats publics pour des fins de développement économique.

Par la voix de son secrétaire général, René Roy, la FTQ constate que le plus gros des sommes du programme de relance américain a déjà été dépensé et que « l’exemption » négociée semble à première vue ne s’appliquer qu’à un segment des dépenses qui restent.

« Dans ce dossier, sous le couvert de l’urgence, les gouvernements ont opéré dans le brouillard le plus total et il est nécessaire que les détails soient connus et débattus en toute connaissance de cause à Ottawa et Québec, a souligné René Roy. Il ne faudrait surtout pas que les provinces et municipalités mettent leur tête sur la bûche pour un plat de lentilles ».

La FTQ demande en conséquence aux gouvernements canadien et québécois de faire preuve de transparence dans ce dossier et de faire le débat public qui s’impose avant de prendre des engagements.

« Les retombées économiques liées aux achats publics sont importantes pour l’emploi au Québec. On le constate de façon spectaculaire ces jours-ci dans le dossier d’achat de câbles électriques pour le réseau de distribution d’Hydro-Québec. Les contribuables sont en droit de s’attendre à ce que nos gouvernements puissent attacher des conditions de retombées économiques locales à leurs achats,» a conclu le secrétaire général de la FTQ.

La FTQ est la plus grande organisation syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-