La FTQ, fière de réaffirmer son association avec l’équipe de L’invisible qui fait mal par la signature du Protocole de partenariat entre l’équipe de chercheures et les centrales syndicales.

René Roy lors de la signature.

René Roy lors de la signature.

En renouvelant cette entente, la FTQ poursuit une longue collaboration de plus de treize ans avec l’équipe multidisciplinaire sur des recherches impliquant nos syndicats affiliés. Ces recherches – majoritairement initiées par le Service de la condition féminine de la FTQ — nous ont permis de mieux documenter le caractère pénible de certaines tâches pour un nombre croissant de femmes et des difficultés qu’elles rencontrent pour revendiquer leurs droits en santé et sécurité au travail (SST) afin d’améliorer leur situation.

Parmi les thématiques que nous avons approfondies, mentionnons la conciliation travail-famille, le stress, la détresse psychologique, les arrangements de garde d’enfants et les horaires de travail ; la violence faite aux femmes en milieu de travail et sa banalisation ; l’accès, l’intégration et le maintien des travailleuses dans des emplois traditionnellement masculins ; les aspects juridiques de l’accès des travailleuses à l’indemnisation des lésions professionnelles ; l’ethnicité comme facteur pouvant influencer les conditions de santé et sécurité pour les travailleuses, etc.

Étaient présentEs : M. René Roy, secrétaire général de la FTQ (pour la signature du Protocole), Mme Louise Mercier, vice-présidente représentant les femmes à la FTQ, Mme Maryse Lacroix, conseillère syndicale au SCEP, Carole Gingras et Sylvie Lépine, du Service de la condition féminine, et Jean Dussault, du Service de santé et sécurité de la FTQ.

La cérémonie se tenait dans le cadre du congrès de l’ACFAS.