La FTQ et la CSN entreprennent des initiatives conjointes pour défendre le système de santé public

Québec, le 30 octobre 2007 – Les présidents des deux plus grandes centrales syndicales au Québec, Claudette Carbonneau de la CSN et Henri Massé de la FTQ jugent suffisamment sérieuses les menaces qui planent sur le système de santé public pour unir leur voix et entreprendre des initiatives conjointes.

La FTQ et la CSN font actuellement campagne auprès de leurs membres et de la population en général pour les informer, les sensibiliser et les alerter sur les enjeux liés à l’offensive actuelle en faveur d’une plus grande place du privé dans le système de santé public.

Les deux centrales participeront d’ailleurs à une manifestation devant le Manoir Saint-Sauveur au Davos de la santé, le 5 novembre prochain, avec d’autres organisations. Elles seront aussi présentes au Forum du Collège des médecins du Québec, qui débute lui aussi le 5 novembre, forum où elles feront valoir leurs solutions pour améliorer le système de santé public.

Considérant comme stratégique la date choisie, soit le 20 décembre, pour la sortie du rapport Castonguay, la CSN et la FTQ entendent maintenir bien vivant le débat sur le nécessaire maintien d’un système public de soins de santé de qualité.

« On sait que le temps des fêtes en famille ou entre amis est une période privilégiée pour débattre largement des grands enjeux de société et on ne laissera pas une seule voix, celle du privé, accaparer ce débat. Nous allons nous assurer d’un maximum de visibilité et susciter des questionnements sur les véritables intérêts des personnes qui veulent commercialiser la santé », ont promis Mme Carbonneau et M. Massé.

Ce rapport Castonguay arrivera également dans un contexte trouble où les cliniques privées poussent comme des champignons depuis l’adoption de la loi 33 qui lève l’interdiction de l’assurance privée duplicative pour les chirurgies de la hanche, du genou et des cataractes. Cette loi permet à un établissement de recourir à une clinique privée de laquelle il achète un service lorsque le délai garanti n’est pas respecté. D’autres chirurgies pourront être ajoutées à la liste par décret après consultation de la Commission des affaires sociales.

« C’est ainsi que les promoteurs du privé flairent la bonne affaire et n’y voient qu’un début. Les zones grises dans la loi donnent lieu à toutes sortes de dérapages, comme le montre le nombre d’enquêtes menées présentement par la RAMQ », ont constaté Claudette Carbonneau et Henri Massé.

Les deux centrales feront un travail de sensibilisation et de recherche de solutions chacune de son côté par le biais d’études et d’événements qu’elles feront connaître dans les prochains jours et les prochaines semaines.

La Fédération des travailleurs et travailleuses et du Québec compte plus de 500 000 membres. La Confédération des syndicats nationaux compte plus de 300 000 membres de tous les types de milieux de travail, tant dans le secteur privé que dans le secteur public.

-30-