La FTQ dénonce la hausse de cotisation de l’assurance-emploi annoncée par les conservateurs

Montréal, le mardi 8 novembre 2011. La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), dénonce la nouvelle hausse de cotisation de 5 cents du 100 $ assurable. « Encore une fois, le cynisme des conservateurs atteint de nouveaux sommets. Ce n’est pas pour venir en aide aux travailleurs et aux travailleuses sans emploi que ce gouvernement décide de hausser les cotisations, c’est plutôt pour combler le déficit accumulé à la fin de 2011 de 10 à 11 milliards de dollars de la caisse de l’assurance-emploi qu’il agit de la sorte. Cependant, ce gouvernement reste muet sur le vol du surplus de 57 milliards de dollars effectué par les gouvernements précédents. Avant d’imposer une nouvelle hausse, ce gouvernement devrait avoir la décence de rembourser l’argent subtilisé aux travailleurs et aux travailleuses », a déclaré le secrétaire général de la FTQ, Daniel Boyer.

Il faut également sortir le compte de l’assurance-emploi du périmètre comptable du gouvernement. « Il n’y a rien du côté du gouvernement qui nous garantit qu’une fois que la caisse affichera un nouveau surplus, que ce même gouvernement ne se sauvera pas encore une fois avec la caisse. Dans la vraie vie, on appelle ça du
vol
», a ajouté le secrétaire général.

Par ailleurs, la FTQ demande que le rôle, la composition et le mandat de l’Office de financement de l’assurance-emploi du Canada soient modifiés. Il faut que ce soit un organisme indépendant qui administre ce fonds. « Il est inacceptable que les cotisants, les travailleurs et travailleuses ainsi que les employeurs ne soient pas représentés au conseil d’administration. Si le gouvernement veut y siéger eh bien, il n’a qu’à payer sa part », a conclu le secrétaire général de la FTQ Daniel Boyer.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.