La FTQ dénonce la fermeture de l'usine Wedco de Boucherville, fournisseur de réservoirs d'essence pour Bombardier, et la perte de 150 emplois

Le président de la FTQ, M. Henri Massé <br> <br>Photo Didier Debusschère

Le président de la FTQ, M. Henri Massé

Photo Didier Debusschère

Montréal, le 28 juin 2005 – Le président de la FTQ, M. Henri Massé, a dénoncé avec vigueur aujourd’hui la fermeture de l’usine Wedco de Boucherville, qui supprime 150 emplois et transfère ses activités aux États-Unis.

Wedco, une division de la compagnie Plastics Group de Willowbrook en Illinois, fabrique des produits en plastique dont les réservoirs d’essence des véhicules récréatifs de Bombardier. L’employeur a toujours dit au Syndicat des Teamsters (FTQ), qui représente les salariés, que les réservoirs devaient être fabriqués et inspectés au Québec pour qu’ils puissent être installés sur les véhicules récréatifs de Bombardier.

« Si le contrat prévoit effectivement la fabrication des réservoirs au Québec, je vois mal comment Bombardier pourra continuer à faire affaire avec Wedco », déclare M. Massé. « Nous sommes scandalisés de la décision de la compagnie qui n’a même pas eu la décence de s’asseoir avec le syndicat pour étudier divers scénarios de sauvegarde. C’est une fermeture totalement inacceptable. »

Le Syndicat ders Teamsters (FTQ) étudie divers scénarios qui pourraient être mis en oeuvre afin de sauver les emplois.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-milllion de membres.