La FTQ demande à l’opposition de permettre la création du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie

Projet de loi 45

Montréal, jeudi 10 octobre 2013. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) déplore l’attitude de l’opposition parlementaire à Québec qui semble s’être concertée pour faire retarder autant que possible l’adoption du projet de loi 45 qui prévoit la création du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST).

« Le comportement des partis d’opposition est peu honorable et surtout très peu constructif. Leur rôle n’est pas d’empêcher le gouvernement élu de se doter d’un ministère, mais bien de faire une critique constructive des projets et des dépenses de ce ministère », commente le secrétaire général de la FTQ, Daniel Boyer.

Rappelons que la création de ce ministère permettra au Québec d’assurer les suivis des consensus établis lors du Sommet sur l’enseignement supérieur dans lequel le ministre Pierre Duchesne a engagé l’ensemble des partenaires du monde de l’éducation postsecondaire pour un processus historique de réflexion et de prise de décision qui n’est pas encore abouti.

« Le gouvernement et le ministre Duchesne ont besoin d’avoir ce ministère pour pouvoir faire atterrir le Sommet sur l’enseignement supérieur auquel nous avons participé avec l’ensemble des partenaires concernés. En faisant obstacle à la création de ce ministère, le PLQ et la CAQ se tirent dans le pied et nuisent à l’ensemble des Québécois et Québécoises », affirme Daniel Boyer qui a lui-même participé au Sommet pour y représenter plus de 30 000 membres du personnel universitaire affiliés au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), deux syndicats membres de la FTQ.

« S’il n’existe pas légalement, comment va-t-on se référer au ministère dans les projets de loi qui doivent découler du Sommet ? », demande Daniel Boyer. Il est urgent que les partis s’entendent pour faire aboutir la création du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie.

Rappelons que depuis son dépôt, le 15 mai dernier, près de 28 heures y ont été consacrées en commission parlementaire et qu’un peu plus de la moitié seulement des articles ont été adoptés.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.