La FTQ demande à la ministre Courchesne d’agir le plus rapidement possible

Semaine des services de garde en milieu scolaire

Montréal, le 17 mai 2010 – À l’occasion de la Semaine des services de garde en milieu scolaire (SGMS), qui se tient du 17 au 21 mai, sur le thème « Complices et différents1 », la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), ainsi que les trois organisations syndicales qui représentent les membres des services de garde affiliés à la FTQ, le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau – Québec (SEPB-Québec), l’Union des employés et employées de service (UES-800) et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), tiennent à souligner l’excellent travail des 12 600 travailleuses et travailleurs qui œuvrent auprès des 230 000 enfants au Québec.

Des personnes indispensables avec des conditions d’emploi bien précaires

« Les éducatrices, éducateurs, techniciennes et techniciens en SGMS sont depuis longtemps des personnes indispensables pour des centaines de milliers de familles. Sans ce personnel, le cadre organisationnel familial et économique du Québec serait bien différent. Malgré leur importance, ces professions, ces vocations sont encore peu reconnues par nos commissions scolaires et par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS).

« Encore trop de commissions scolaires préfèrent à l’aide des budgets des SGMS amasser des millions en surplus, plutôt que d’investir dans des emplois durables et de qualité. Les conditions d’emploi sont encore bien précaires2, avec des revenus moyens pour le personnel régulier qui tournent aux alentours de 22 700 $ par an.

« Il est temps que le MELS agisse, en consentant des revenus plus élevés à celles et ceux qui travaillent avec l’avenir de notre société. Faute de quoi le roulement de personnel continuera à s’accentuer, ce qui, par conséquent, diminuera la qualité et la stabilité de ce service », a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Des avis très critiques sur la situation dans les SGMS

« D’ailleurs, il faut rappeler que le vérificateur général du Québec en 2001 et 20083 et le Conseil supérieur de l’éducation en 20064 avaient aussi émis un avis très critique sur la situation dans les SGMS, soulevant des préoccupations sur les conditions de travail précaires, la formation, le financement et les surplus dégagés par les commissions scolaires, entre autres.

« De plus, il y a maintenant plus d’un an que le Comité ministériel en SGMS, qu’avait mis sur pied la ministre du MELS, Michelle Courchesne, a remis ses recommandations. Ce Comité, constitué des principaux partenaires5 en éducation, avait pour objectif d’émettre des recommandations quant au traitement à accorder sur l’avis du Conseil supérieur de l’éducation de 2006, afin de pouvoir agir dès l’année scolaire 2008-2009 », a ajouté le coordonnateur en SGMS de la FTQ, Jean-François Labonté.

Des résultats qui se font toujours attendre

« La FTQ attend toujours une réponse de la ministre concernant les différentes mesures proposées par ce Comité en vue d’améliorer la qualité des services, particulièrement sur le financement, le renforcement de la réglementation et le rehaussement des exigences de formation pour l’obtention d’un poste. À ce titre, différentes analyses, encore non publiées, ont été réalisées par le ministère afin d’actualiser la description de l’exercice de la profession de façon à mettre en œuvre les orientations gouvernementales de qualification professionnelle (DEC ou AEC). Mais, ces résultats se font toujours attendre. La ministre de l’Éducation et les commissions scolaires tentent-elles encore une fois de plus d’économiser sur le dos de ces milliers de femmes et d’hommes qui œuvrent auprès des enfants? La FTQ interpelle donc la ministre Courchesne, pour qu’elle agisse, le plus rapidement possible dans ce dossier fort important », a conclu le président de la FTQ, Michel Arsenault.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un
demi-million de membres.

-30-

Sources : FTQ, SEPB, UES-800, SCFP
Renseignements :
Isabelle Gareau, 514 953-0142
Jean-François Labonté, coordonnateur pour les services de garde en milieu scolaire de la FTQ, 450 677-1266
__________

1 Cette Semaine a été initiée par l’Association des services de garde en milieu scolaire du Québec (ASGEMSQ).

2 Statistique MÉLS (Comité ministériel en service de garde en milieu scolaire, 24 janvier 2008). 76 % des éducateurs et des éducatrices en service de garde en milieu scolaire travaillent dans des emplois à statut précaire (32% des emplois sont à temps partiel et 44% des emplois de tout le personnel sont temporaires).

3 Les services de garde en milieu scolaire, rapport du vérificateur général du Québec à l’Assemblée nationale pour l’année 2001 et 2007-2008.

4 Conseil supérieur de l’éducation (2006) Les services de garde en milieu scolaire : «Inscrire la qualité au cœur des priorités».

5 Le Comité ministériel en service de garde est composé des organisations suivantes : AQPDE, ASGEMSQ, Association des cadres scolaires du Québec (ACSQ), AMDÉS, CSN, CSQ, Association des directeurs généraux des Commissions scolaires (ADIGECS), – FCPQ, – Fédération des Commissions scolaires du Québec (FCSQ), FQDE, FTQ, Association des Commissions scolaires anglophones du Québec (ACSAQ), MÉLS.