La FTQ appuie les travailleuses et travailleurs de Bell qui luttent pour faire respecter leurs droits

Montréal le 7 juin 2007 – Près d’une centaine de travailleurs et de travailleuses de Bell ont manifesté hier matin à Montréal à l’assemblée annuelle des actionnaires de BCE afin de dénoncer les coupures dans les avantages sociaux des futurs retraités que l’entreprise planifie.

Les manifestants du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP-FTQ), et de l’Association canadienne des employés en télécommunications (ACET) font campagne afin d’empêcher l’entreprise de sabrer dans les avantages sociaux.

« Ces coupures sont scandaleuses, la recherche désespérée de profits a des limites que les dirigeants de Bell viennent de franchir. Après l’abolition des avantages sociaux des retraités, ce sera quoi? », de questionner le vice-président exécutif du SCEP-Québec et vice-président de la FTQ, Michel Ouimet. Transmettant les salutations du président de la FTQ, Henri Massé, M. Ouimet a poursuivi en soulignant avoir obtenu l’appui inconditionnel de la FTQ dans cette bataille pour le respect des travailleurs et des travailleuses.

En mars dernier, Bell a annoncé que les employés qui quitteront l’entreprise à compter de 2012 n’auront droit qu’à une version allégée des avantages sociaux normalement offerts, alors qu’à compter de 2016, c’est l’ensemble des avantages sociaux pour ceux qui prennent leur retraite qui sera aboli.

Le SCEP-FTQ représente les techniciens et téléphonistes de Bell, alors que l’ACET représente les employés de bureau de l’entreprise.