La FTQ appuie la coalition en faveur du projet

Complexe hydroélectrique sur la rivière Romaine

Photo de la conférence de presse de la FTQ.

Montréal, le vendredi 5 septembre 2008 – Monsieur Pierre Cormier, préfet de la MRC de la Minganie, et monsieur Georges-Henri Gagné, président de la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord (CRÉ), tous deux co-présidents de la Coalition en faveur de la réalisation du complexe hydroélectrique sur la rivière Romaine, de même que le Chef Innu de Nutashkuan, monsieur François Bellefleur, ont reçu aujourd’hui un appui de taille dans leur croisade en faveur de la réalisation du complexe hydroélectrique sur la rivière Romaine. Monsieur Michel Arsenault, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), la plus grosse centrale syndicale au Québec, forte de plus de un demi-million de membres à travers le Québec, et nord-côtier lui-même, a donné son appui sans équivoque à la réalisation du projet.

« Nous ne pouvons passer à côté d’un tel projet, créateur de milliers d’emplois. Et lorsqu’on connaît les dures réalités que vivent les gens de la Côte-Nord afin de faire profiter tout le Québec des immenses richesses naturelles du territoire, on ne peut qu’applaudir leur détermination et les appuyer intensément dans leur objectif qui est aussi le nôtre. Il n’est pas superflu de rappeler qu’il s’agit d’un projet qui générera une énergie propre, renouvelable et sans émissions de gaz à effet de serre », a déclaré Michel Arsenault.

Le préfet de la MRC de Minganie se réjouit de l’appui de la FTQ qui ajoute à la force de concertation recherchée par la Coalition. « Pour la Minganie, où sept municipalités sur huit sont dans un état avancé de dévitalisation et de décroissance démographique, c’est un prodigieux tremplin pour l’emploi et le développement économique, un espoir pour nos gens et les générations à venir », a déclaré Pierre Cormier.

Le président de la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord s’est lui aussi réjoui de ce soutien et a insisté pour rappeler que ce projet sur la rivière Romaine est en droite ligne avec les préceptes du développement durable. « Si avec la technologie d’il y a 50 ans, la région de Manicouagan-Uapishka, avec ses neuf barrages, a été décrétée l’automne dernier réserve de la biosphère par l’UNESCO, il va sans dire qu’avec la technologie d’aujourd’hui nous pouvons faire mieux encore du point de vue environnemental », a poursuivi Georges-Henri Gagné.

Le Chef de Nutashkuan a quant à lui réitéré toute l’importance que revêt à ses yeux l’accord intervenu un peu plus tôt cet été entre sa communauté et Hydro-Québec et a remercié la FTQ de son appui. « Les sommes que nous recueillerons nous permettront de soutenir notre développement économique, d’améliorer substantiellement la formation professionnelle des membres de notre communauté et de raffermir l’affirmation de notre identité, tout en conservant nos droits comme Première Nation. Pour nous aussi, ce projet est fondamental et respecte, de l’avis des Aînés, ce que nous sommes », a conclu le Chef François Bellefleur.

Le projet hydroélectrique sur la rivière Romaine prévoit la construction de quatre centrales qui auraient une puissance totale de plus de 1 500 MW. Estimé à 6,5 milliards de dollars, ce serait le plus grand projet jamais réalisé sur la Côte-Nord. Jusqu’à 3 000 travailleurs, sur une période de plus de onze ans, participeraient à sa réalisation.

– 30 –

Source : Coalition en faveur de La Romaine et FTQ
Renseignements :Patric Frigon : 418 293-2640
Jean Laverdière : 514 893-7809

Pour que le courant PASSE… partout au Québec!