Journée d'action dans le secteur municipal :La FTQ lance un appel à Lucien Bouchard pour que soit évitée la confrontation

Montréal, 11 octobre 2000 - Le président de la FTQ, M. Henri Massé, a lancé ce matin un appel pressant au premier ministre du Québec, M. Lucien Bouchard, pour que le gouvernement évite la confrontation et abandonne son projet d’instaurer un régime d’exception aux lois du travail à l’occasion de la réforme municipale.

M. Massé s’adressait aux milliers de membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ) rassemblés au Stade olympique à Montréal, ainsi que dans d’autres villes, lors de la journée d’action en cours dans le secteur municipal. Près de 25 000 membres du SCFP-FTQ – cols blancs, cols bleus, pompiers, etc. – participent à cette journée dans des dizaines de villes au Québec, où le SCFP représente 70 % des salariés syndiqués dans les municipalités.

« Même si nous avons plusieurs points d’accord avec ce grand projet de réforme municipale, dit M. Massé, le gouvernement s’engage dans une confrontation inutile avec les employés municipaux. Mais il n’est pas trop tard pour réajuster le tir. Il est encore temps d’amorcer un dialogue constructif avec les représentants syndicaux sur les modalités à établir en vue de faciliter une transition harmonieuse dans le processus de réorganisation municipale au Québec. »

L’exemple des commissions scolaires
M. Massé cite l’exemple des fusions de commissions scolaires, où tout s’est déroulé plutôt harmonieusement sans que Québec ne vote de lois d’exception comme il le fait actuellement dans le secteur municipal avec les lois 124, 134 et 137. « Ces lois, dit M. Massé, inspirées du lobby patronal, nient entre autres le libre droit à la négociation des conditions de travail et nivèlent par le bas des acquis négociés de bonne foi entre les parties. »

M. Massé s’en est pris notamment aux maires « qui font de la petite politicaillerie en disant que les coûts vont augmenter avec les fusions. Or, il ne s’agit là que de batailles de coqs de certains maires pour préserver leur petit fief, pour ne pas qu’on touche à leur chasse-gardée ».

M. Massé conclut : « Il est malheureux que le gouvernement s’engage sur la voie de la confrontation dans un dossier d’une telle importance, un dossier, je le répète, où nous avons plusieurs points d’accord avec lui. J’espère que le premier ministre Bouchard va comprendre le bon sens et réajuster le tir. »

Le SCFP, le plus important syndicat affilié à la FTQ, représente plus de 95 000 membres au Québec dans les services publics et parapublics : municipalités, transport en commun, établissements d’enseignement, établissements de santé, Hydro-Québec, QuébecTel, transport aérien et maritime, médias d’information, etc.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente près d’un demi-million de membres.