Il n'y a aucun mandat

On ne démord pas, chez les porte-parole libéraux, du fait qu’ils seraient mandatés par la population du Québec pour s’engager à mettre en pièces ce que le Québec a construit en services publics depuis plus de quarante ans. Mais ce n’est pas cela qui a été présenté à la population. Au cours de la campagne électorale, ils ont à plusieurs reprises invoqué les écrits de Claude Ryan sur les valeurs libérales qui devraient «faire avancer les libertés individuelles et le bien général de la société». Tout récemment, Claude Ryan a encore insisté sur la responsabilité du gouvernement en matière de justice sociale et sur la nécessité de ne pas laisser les choix s’exercer sur la base d’une vision strictement économique.

Tous s’entendent pour dire que la montée du PLQ en cours de campagne électorale tenait en bonne partie au fait que plusieurs électeurs ont voulu s’opposer au programme droitier de l’ADQ. Ils sont tout aussi nombreux à constater que le PLQ double maintenant l’ADQ sur sa droite, alors qu’en campagne électorale, par opportunisme politique, il disait s’en distinguer en invoquant la défense du secteur public ! Il prétend aujourd’hui le contraire, mais on ne gouverne pas par le mensonge !

À lire

Il n’y a aucun mandat
Des mythes déboulonnés Léguer une société anémique

Lire aussi ANALYSE La gouverne libérale : Où nous mène-t-elle ?