« Il faut stopper la volonté des libéraux de faire du développement régional une question de partisanerie politique. » — Daniel Boyer, président de la FTQ

Le président de la FTQ en tournée au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Alma, le 11 novembre 2014. – En visite au Saguenay–Lac-Saint-Jean, à l’occasion d’une tournée des régions et accompagné de plusieurs membres de la direction de la FTQ; Marcelle Perron, présidente du Conseil régional FTQ Saguenay – Lac-Saint-Jean et vice-présidente représentant les femmes de la FTQ, Jean-Pierre Ouellet, président du SQEES-298 et vice-président de la FTQ, Raymond Larcher, président de l’UES-800 et Alain Croteau, directeur adjoint du syndicat des Métallos, le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Daniel Boyer, invite les membres de tous les affiliés de la centrale à se mobiliser afin d’empêcher le saccage de l’État québécois par les libéraux et dont l’une des manifestations limpides est l’abolition des Centres locaux de développement (CLD) et des Conférences régionales des élus (CRÉ).

« Les manigances libérales, soutient le président de la FTQ, Daniel Boyer, n’ont qu’un but : démanteler le Québec que nous avons construit et revenir en arrière, alors que les intérêts privés passaient devant l’intérêt collectif. Visiblement, à voir le tollé de protestations qui monte partout au Québec, les libéraux avaient un programme bien caché. En pleine campagne électorale, ils n’ont pas parlé de ce qu’ils se préparaient à faire dans la santé et dans l’éducation, ils n’ont pas expliqué qu’ils allaient mettre la hache dans les régimes de retraite, ils ont tu leur volonté d’en finir avec le partenariat régional et ils ont enrobé dans le miel leur mépris des familles et de la classe moyenne.

« Pour s’en convaincre, il suffit de penser aux coupes de l’aide aux personnes handicapées, à la hausse des tarifs des CPE, à la menace de fermeture des conservatoires régionaux, à l’annonce du gel des effectifs, etc. »

Intentions cachées

Pour le président de la FTQ, les cachettes libérales montrent qu’on a menti à la population. On allait créer des emplois, disait-on, améliorer les services, stimuler l’économie du Québec et le développement des régions, et surtout, faire preuve comme jamais de transparence. « C’est de la comédie ! Les emplois ne sont pas au rendez-vous, pas plus que les investissements publics ou la nécessaire concertation des intervenants régionaux et des structures représentatives.

« Eh bien, il va falloir hausser le ton. J’en appelle à l’unité et à la solidarité de la population. Il faut se saisir de toutes les occasions pour empêcher le saccage de l’État québécois. Dans un an, nous aurons l’occasion d’aller aux urnes fédérales. Là aussi, il faudra montrer notre conviction et notre détermination d’en finir avec des politiques rétrogrades dignes de la Grande Noirceur. »

Le président de la FTQ profite de sa présence au Saguenay pour entendre ce qu’ont à dire les militants et les militantes sur la situation dans leur région et pour prendre bien note de leurs revendications. Après une visite de l’aluminerie Rio Tinto Alcan, à Alma, en après-midi, une rencontre aura lieu avec les militants et militantes de la FTQ en soirée à l’Hôtel Universel d’Alma.

Pour toute demande d’information ou d’entrevue, vous pouvez vous adresser à M. Jean Laverdière au 514 893-7809

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.