« Il faut des moyens à la mesure des problèmes » – Michel Arsenault président de la FTQ

Crise des secteurs manufacturier et forestier

Le président de la FTQ, Michel Arsenault

Le président de la FTQ, Michel Arsenault

Montréal, le 1er décembre 2007 — Prenant acte des récentes annonces de mises à pied, le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Michel Arsenault, se dit en accord avec la proposition de Pauline Marois de créer un fonds d’urgence pour faire face à la crise qui sévit dans les secteurs forestier et manufacturier. « Face à une crise hors de l’ordinaire, il faut des moyens extraordinaires, de dire le président de la FTQ. Le Plan d’action que le gouvernement a mis de l’avant la semaine dernière est valable, mais n’est pas à la hauteur sur le plan des moyens. »

Du même souffle, Michel Arsenault déplore l’inaction d’Ottawa qui, jusqu’à maintenant, a été incapable de mettre en place des mesures pour soutenir les travailleurs, l’industrie et les communautés. « On dort au gaz à Ottawa. Pourtant, le fédéral devrait jouer un rôle clé dans cette affaire. C’est à Ottawa qu’on trouve les leviers pour influer sur le taux de change, l’assurance-emploi, la politique commerciale et le contrôle des investissements pour ne nommer que ceux-là », a conclu le président de la FTQ, Michel Arsenault.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –