Haïti : La FTQ se réjouit de la libération des syndicalistes emprisonnés et veut aider les Haïtiens à construire la démocratie dans leur pays

« Aider les Haïtiens à construire la démocratie dans leur pays doit maintenant être une priorité pour la communauté internationale », déclare le président de la FTQ, M. Henri Massé.

« Aider les Haïtiens à construire la démocratie dans leur pays doit maintenant être une priorité pour la communauté internationale », déclare le président de la FTQ, M. Henri Massé.

Montréal, le 1er mars 2004 – La FTQ s’est vivement félicitée de la libération à Port-au-Prince de dix militants syndicaux, résultat de la visite à Haïti d’une mission syndicale internationale d’urgence à laquelle a participé l’ex-président de la centrale, M. Fernand Daoust, à la mi-février. La libération des prisonniers, détenus illégalement durant plus d’un mois, est intervenue hier juste avant le brusque départ du président Jean-Bertrand Aristide.

« Aider les Haïtiens à construire la démocratie dans leur pays doit maintenant être une priorité pour la communauté internationale », déclare le président de la FTQ, M. Henri Massé. M. Massé est membre du comité exécutif de la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) qui a envoyé la mission syndicale d’urgence à Haïti. La reconstruction démocratique en Haïti est au cœur du rapport de cette mission, disponible sur le site Internet de la CISL : www.icftu.org

Tout en se réjouissant de la libération des prisonniers syndicaux, la CISL continue de s’inquiéter pour la sécurité des syndicalistes haïtiens, une inquiétude que la mission avait déjà exprimée lors de sa visite dans l’île. Plusieurs dirigeants et militants syndicaux haïtiens continuent de se cacher tandis que d’autres sont entrés dans la clandestinité hier soir, craignant des représailles. Dans une lettre envoyée ce matin au président en exercice d’Haïti, le secrétaire général de la CISL, M. Guy Ryder, a réclamé « des garanties de sécurité claires et fermes pour les militants syndicaux et les militants des droits humains à Haïti, ainsi que pour leurs proches, et le respect des droits des travailleurs et des droits humains à l’avenir ».

La CISL représente plus de 150 millions de membres appartenant à 233 organisations affiliées dans 152 pays.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.