Grèves à Postes Canada : les centres d'appel d'Ottawa, Winnipeg et Fredericton sont paralysés

OTTAWA, le 21 janvier 2002 - La deuxième semaine de grèves rotatives à Postes Canada a débuté ce matin avec le débrayage de près de 200 travailleurs et travailleuses des centres d’appel d’Ottawa, Winnipeg et Fredericton, ainsi que ceux du Centre national de philatélie d’Antigonish.

Ces membres de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), prennent la relève de leurs collègues de Winnipeg, Fredericton, Saskatoon et Montréal qui ont débrayé la semaine dernière.

Pendant ce temps à Ottawa, les équipes de négociation de l’AFPC et de Postes Canada poursuivent leurs discussions afin d’en arriver à une entente. La négociation a débuté le 14 janvier et s’est déroulée toute la semaine.

« Les grèves rotatives tenues depuis le 16 janvier démontrent que nos membres rejettent catégoriquement des offres qui ne respectent pas la valeur du travail qu’ils font à Postes Canada, » a indiqué Luc Guèvremont, président du Syndicat des employés des postes et communications de l’AFPC (SEPC). « Nous sommes désireux de conclure une entente avec l’employeur, mais il doit accepter de revoir son plan de classification des emplois qui est discriminatoire. Nous sommes déterminés à poursuivre nos moyens de pression tant que l’employeur n’aura pas compris ceci. »

Les quelque 2 800 membres de l’AFPC à la Société canadienne des postes sont en position légale de grève depuis le 10 janvier. Les membres de l’AFPC à Postes Canada offrent des services à la clientèle, exécutent des fonctions administratives, financières ou techniques, ou exercent une activité professionnelle. Leur convention collective a pris fin le 30 octobre 2001.

SOURCE : Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC)