Grève évitée de justesse à l'hôtel Delta Montréal – Plusieurs syndicats FTQ en négociations dans l'hôtellerie

Montréal, le 19 septembre 2002 – Une grève a été évitée de justesse à l’hôtel Delta Montréal (Avenue du Président-Kennedy) où une entente de principe a été conclue hier soir, peu avant le déclenchement de l’arrêt de travail prévu pour minuit, annonce M. Romiale Antony, président du syndicat affilié aux Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA) et à la FTQ.

Le projet de contrat sera soumis aux quelque 300 membres du syndicat lors d’une assemblée qui se tiendra au début de la semaine prochaine. « Il s’agit d’une des meilleures conventions collectives dans le secteur de l’hôtellerie à Montréal », indique M. Antony. Le contrat était échu depuis le 30 juin. Les principales demandes syndicales portaient sur des hausses salariales de 15 % en trois ans, des assurances collectives payées à 100 % par l’employeur, six semaines de vacances après 18 ans de service ainsi que des améliorations au régime de retraite.

Des négociations sont par ailleurs en cours ou débutent bientôt dans d’autres hôtels dont le personnel est membre de syndicats de la FTQ, notamment au Delta de Salaberry-de-Valleyfield; au Holiday Inn et dans deux Comfort Inn à Longueuil; au Radisson Gouverneur à Québec; au Manoir des Sables à Magog-Orford; au Petit Manoir du Casino et à l’Auberge des Peupliers à la Malbaie, ainsi qu’au Nouvel Hôtel à Saguenay (Chicoutimi).

Des contrats ont été signés récemment au Château Champlain, à l’Inter-Continental et au Loews Vogue à Montréal, au Sheraton à Laval, ainsi qu’un premier contrat à l’Auberge des Quatre Temps à Beauport.

La FTQ représente la majorité du personnel syndiqué dans l’hôtellerie, dans 78 hôtels et auberges au Québec.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.