Grève au club de golf Saint-Laurent à l'Île d'Orléans - Négociations dans 3 autres clubs de la région de Montréal

Montréal, 1er juin 2001 - Alors qu’une cinquantaine de salariés se sont mis en grève au Club de golf Saint-Laurent à l’Île d’Orléans, près de Québec, des négociations sont en cours ou débutent bientôt dans trois autres clubs de golf de la région de Montréal dont le personnel est également membre de la FTQ. Il s’agit des clubs de golf Laval-sur-le-Lac, Elmridge à l’Île Bizard et Les Dunes à Sorel-Tracy. La FTQ représente les salariés d’une trentaine de clubs de golf au Québec, des employés saisonniers qui travaillent en moyenne six mois par année.

Au Club de golf Saint-Laurent, les 52 membres du personnel d’entretien et du chalet ont débrayé pour obtenir le même contrat que celui négocié dans huit autres clubs de golf de la région par leur syndicat, la section locale 800 de l’Union des employés et employées de service (FTQ). Ces clubs sont le Royal Québec, Mont Sainte-Anne, Lac Saint-Joseph, Courville, Alpin, Lorretteville, Cap-Rouge et Charny. Au total, le syndicat représente 400 salariés.

« L’employeur veut revenir sur des acquis de la convention collective comme la garantie de 26 semaines de travail pour le personnel d’entretien, indique le conseiller syndical Alain Landry. L’employeur veut aussi recourir à la sous-traitance pour le personnel de la restauration. Les grévistes sont prêts à tenir le temps qu’il faudra. »

Les autres clubs de golf syndiqués
Des syndicats de la FTQ représentent aussi le personnel des clubs de golf suivants : le golf municipal de Montréal (Le Village), le club de golf de Dorval, le Summerlea à Vaudreuil-Dorion, le Centre de golf UFO à Laval, le Glendale à Mirabel, le Gray Rocks à Saint-Jovite, le club de golf de la Vallée-du-Richelieu à Sorel-Tracy, les clubs du Mont Orford et du Manoir des Sables à Magog-Orford, le Club de golf de Sherbrooke et le Milby à Lennoxville, le Royal Ottawa et le Rivermead à Aylmer, ainsi que le Club de golf du Saguenay à Jonquière.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.