FTQ : vote de grève à 89% dans les librairies Renaud-Bray

Montréal, le 23 septembre 2003 – Le personnel d’une dizaine de succursales de la chaîne de librairies Renaud-Bray pourrait se mettre en grève prochainement, annonce M. Patrick Rondeau, porte-parole des quelque 340 employés membres du Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB), affilié à la FTQ.

À l’occasion d’assemblées générales tenues hier, les syndiqués de toutes les librairies de Montréal et de celle de Brossard ont rejeté les dernières offres patronales et voté à 89 % en faveur du recours à des moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève. Des assemblées ont lieu aujourd’hui pour le personnel des librairies de Sherbrooke et Victoriaville.

Les syndiqués tentent de renouveler un contrat de travail négocié pour la première fois en 1999 et qui est échu depuis le 31 décembre 2002. Ce contrat avait alors servi de modèle dans le secteur des librairies au Québec. Les salariés, qui ont moins de 25 ans en moyenne, ont pour la plupart une scolarité de niveau universitaire.

Les principaux points en litige sont la hausse du salaire de base qui dépasse à peine le salaire minimum, les vacances ainsi que la fusion de la dizaine d’unités d’accréditation syndicale en une seule unité centrale. Un conciliateur du ministère du Travail est à l’œuvre dans le dossier mais les négociations sont dans l’impasse.

Dans le secteur de la vente au détail du livre et du disque, un autre syndicat de la FTQ, les Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), représente le personnel de quatre magasins Archambault (Québecor) à Laval, Québec, Sainte-Foy et Chicoutimi.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.