Fonction publique fédérale : Votes de grève pour près de 135 000 employés, dont 30 000 au Québec – Liste des conflits impliquant des syndicats de la FTQ

Montréal, le 7 mars 2004 – Près de 135 000 employés de la fonction publique fédérale, dont quelque 30 000 membres de la FTQ au Québec, semblent se diriger vers un affrontement avec le gouvernement Martin pour le renouvellement de leurs contrats de travail.

Le groupe le plus important est formé de 90 000 cols blancs et cols bleus qui négocient avec le Conseil du trésor. Ils sont appelés à compter du 25 mars à se prononcer pour la grève et les résultats du scrutin seront connus le 28 avril. Les salaires, la sécurité d’emploi et des mesures de conciliation travail-famille sont au centre des négociations. Le contrat de travail est échu depuis la fin de juin 2003.

De leur côté, quelque 3 500 employés de l’Agence canadienne d’inspection des aliments votent également à compter de lundi, le 8 mars. Quant aux quelque 36 000 employés de l’Agence canadienne des Douanes et du Revenu, ils ont déjà voté en faveur de la grève dans une proportion de 87 %. Les négociations se poursuivent pour 4 000 employés de Parcs Canada. Tous ces groupes sont membres de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC).

Grève jeudi des juristes de l’État québécois

Dans la fonction publique québécoise, l’Association des juristes de l’État (FTQ), qui représente 960 avocats et notaires à l’emploi du gouvernement, annonce le déclenchement d’une première journée de grève jeudi prochain, le 11 mars.

Liste des conflits FTQ

Au total au Québec, quelque 1 430 membres de syndicats affiliés à la FTQ sont actuellement impliqués dans treize grèves et lock-out, indique le secrétaire général de la centrale, M. René Roy.

À eux seuls, les Travailleurs canadiens de l’auto (TCA-FTQ) ont plus de 1200 membres en grève ou en lock-out : au Canadien National (800 grévistes au Québec), chez le fabricant d’autobus Michel Corbeil à Saint-Lin-Laurentides (220 lock-outés) et à l’hôtel Fairmont de Mont-Tremblant (190 grévistes).

À l’aéroport de Québec, une cinquantaine de membres de l’AFPC sont en grève depuis le 9 février. Au Journal de Montréal, une cinquantaine de conseillers en publicité sont en lock-out, tout comme les six conseillers en publicité du poste de télévision de TVA à Sherbrooke.

À Fermont sur la Côte-Nord, les sept employées de la seule succursale syndiquée de la Banque Nationale au Québec sont aussi en lock-out. À Laval, le personnel de la résidence pour personnes âgées Le Manoir Chomedey est en grève. On signale des débrayages également à la compagnie d’autobus La Québécoise-Roussillon à Delson et chez Tecfab à Trois-Rivières.

Une quinzaine d’employés municipaux sont en grève à Saint-Jean-de-Matha et Sainte-Béatrix, dans Lanaudière, depuis maintenant presque un an, soit depuis le 11 mars 2003. Enfin, le plus long conflit en cours perdure au Centre d’accès à l’information juridique du Palais de Justice de Montréal, où une douzaine de techniciens et commis ont débrayé le 19 février 2003.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.