Faudra-t-il boycotter GM? Grande campagne pour sauver l'usine de Boisbriand

Lors de la conférence de presse de lancement de la campagne pour sauver l’usine GM de Boisbriand.

Lors de la conférence de presse de lancement de la campagne pour sauver l’usine GM de Boisbriand.

« Nous ne souhaitons pas de boycottage pour le moment, mais aucun moyen de lutte n’est exclu. Si la décision de fermeture est maintenue, il y aura sûrement des mauvaises nouvelles GM. Je suis déjà surpris de constater combien d’automobilistes sont actuellement en réflexion quant à l’achat de leur prochaine voiture, y compris moi-même ».

C’est ce qu’a déclaré Henri Massé lors du lancement, fin janvier, d’une grande et spectaculaire campagne de la FTQ et des TCA pour le maintien des activités de l’usine GM à Boisbriand. Annoncée pour septembre prochain, la fermeture entraînerait la perte de plus de 10 000 emplois directs et indirects au Québec, une véritable catastrophe économique.

L’objectif n’est pas seulement d’empêcher le démantèlement de l’usine ouverte en 1965 mais de sauver l’industrie automobile au Québec. «C’est la seule usine d’assemblage que nous ayons, nous l’avons payée à coup de subventions, elle nous appartient et nous allons la garder. Nous allons augmenter la pression sur GM et sur les gouvernements pour garder cette usine ouverte.»

Une large coalition
«Nous sommes en train de bâtir la plus large coalition d’appui, dans tous les milieux, pour que le Québec ait sa juste part de cette industrie structurante créatrice d’emplois de qualité», a dit Luc Desnoyers, directeur des TCA-Québec et vice-président de la FTQ. Et les TCA-Canada vont mettre tout leur poids dans la balance en cette année de négociations des contrats qui expirent en septembre dans l’industrie automobile.

Les syndicats de la FTQ, tous engagés dans cette bataille, étaient représentés lors du lancement de la campagne par deux vice-présidents de la centrale : Michel Arsenault (Métallos) et Pierre Dupuis (SCFP).

La première action a eu lieu lors de l’ouverture du Salon de l’auto à Montréal. La caravane de campagne des syndiqués de GM, suivie d’une douzaine d’autobus, est partie de l’usine pour se rendre au stade olympique où l’on a distribué des tracts pour sensibiliser les acheteurs de voitures.

Tournée du Québec
Le 28 janvier, la caravane des TCA a pris la route pour une vaste tournée de tout le Québec, organisée avec la collaboration des dix-sept Conseils régionaux de la FTQ. Des rencontres sont prévues dans près d’une trentaine de villes pour sensibiliser la population à l’importance des enjeux. Une pétition circule déjà en vue de recueillir 100 000 signatures que l’on remettra à Québec et Ottawa. Les députés et ministres fédéraux et provinciaux reçoivent la visite des syndiqués, de même que les maires dont plusieurs ont déjà donné leur appui.

Sur la photo: Lors de la conférence de presse de lancement de la campagne pour sauver l’usine GM de Boisbriand : Sylvain Demers, président TCA-1163 chez GM; deux vice-présidents de la FTQ, Pierre Dupuis (SCFP) et Michel Arsenault (Métallos); Henri Massé, président de la FTQ; Luc Desnoyers, vice-président de la FTQ (TCA); Jim O’Neil, secrétaire-trésorier TCA-Canada; Daniel Bélanger, président du comité de négociation
TCA-1163.