Enfin un projet de règlement dans le dossier de l’équité salariale des téléphonistes de Bell

René Roy, secrétaire général de la FTQ

René Roy, secrétaire général de la FTQ

La fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) se réjouit de la conclusion d’un accord de principe entre le Syndicat canadien des communications de l’énergie et du papier (SCEP) représentant les téléphonistes et Bell Canada dans le dossier de l’équité salariale.

Cependant, le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy, ne peut que déplorer tout le temps perdu. « Ce dossier traîne depuis 1992. Il aura fallu que le syndicat porte plainte devant la Commission canadienne des droits de la personne et défende sa cause jusqu’en Cour suprême pour obtenir un règlement. C’est un dossier qui n’aurait jamais dû se rendre devant le plus haut tribunal du pays ».

L’entente conclue au nom de 4 765 téléphonistes représente quelque 104 millions de dollars. L’accord de principe doit maintenant être entériné par les téléphonistes du Québec et de l’Ontario visées par le règlement.

L’entente porte sur la période de 1993 à 1999 et comporte 3 volets : un paiement de règlement, des dommages moraux (montant non imposable), et un rajustement des pensions.

Par exemple, une téléphoniste qui travaille toujours pour Bell et qui y a travaillé pendant toute la période du règlement recevra 16 500 $ en paiement de règlement, 6 000 $ (non imposable) de dédommagement pour dommages moraux, et un maximum des gains admissibles à la retraite supplémentaires pouvant atteindre 13 530 $.