Emballages Consumers - Un deuxième sauvetage des 600 emplois

La survie d’Emballages Consumers est sans cesse menacée depuis la fin des années 1980. Dernière du genre au Québec, cette entreprise du sud-ouest de Montréal fabrique des contenants de verre et emploie 600 travailleurs et travailleuses membres du Syndicat des Métallos. L’an dernier, on a assisté à un deuxième sauvetage de l’entreprise.

Le service Urgence-emploi du Conseil régional FTQ Montréal métropolitain ( www.montrealmetro.ftq.qc.ca ) travaille depuis sa création, en 1992, au maintien et à la création d’emplois. De concert avec des organismes du milieu où l’entreprise est située, il soutient les syndicats dans leurs démarches pour sauvegarder les emplois. Mais certains dossiers, comme cela est le cas avec Emballages Consumers, demandent des interventions ponctuelles et continues.

Quelques rappels
En 1989, Consumers Glass achète Dominion Glass. Des difficultés financières surgissent suite à cette acquisition. Au début des années 1990, le syndicat local prend connaissance de cette situation et contacte le Conseil régional pour demander de l’aide. Le RESO (Regroupement pour la relance économique et sociale du sud-ouest de Montréal) et le Fonds de solidarité FTQ sont ensuite informés du dossier.
Une coalition syndicale et communautaire est alors mise sur pied pour sauver l’entreprise et plusieurs stratégies sont élaborées, dont la mobilisation des élus afin qu’ils interviennent auprès de la direction canadienne. Consumers risque la faillite au profit des concurrents américains.

À l’initiative du syndicat, un CAMO (comité d’adaptation de la main-d’œuvre) est mis sur pied et un plan de redressement est élaboré. À partir de là, tout change. Les travailleurs reprennent confiance et le syndicat s’implique dans l’organisation du travail. Résultat : un premier sauvetage des 600 emplois. Malgré cette victoire, le syndicat demeure vigilant. Il avise régulièrement le service Urgence-emploi de tout nouveau développement dans le dossier.

Dernièrement
En janvier 2001, des difficultés majeures surgissent de nouveau. Le 1er février, Emballages Consumers annonce son intention d’arrêter les paiements de sa dette qui s’élève à 460 millions $ et de procéder à la négociation de celle-ci. Elle annonce aussi la fermeture de certaines lignes de production dans ses usines. De plus, des fournisseurs exigent d’être payés sur livraison.

Urgence-emploi FTQ est de nouveau mis à contribution. Avec l’aide du RESO, un comité de veille stratégique est mis sur pied. Ce comité est composé de représentants des Métallos, du Fonds de solidarité, de Développement économique Canada et du ministère de l’Industrie et du Commerce du Québec.

La ténacité, ça rapporte!
Le 23 mai 2001, Consumers annonce qu’elle se place sous la protection de la Loi des arrangements avec les créanciers des compagnies. Plusieurs actions sont entreprises pour garder ouverte la seule usine de verre au Québec. Le dossier devient prioritaire pour le gouvernement. En août, la vente des usines canadiennes à Owens Illinois est annoncée. Le comité de vigilance organise une rencontre avec les nouveaux dirigeants, les objectifs étant, entre autres, de connaître leurs projets pour l’usine, de leur présenter une étude faisant état des forces et des faiblesses de l’usine et de proposer des solutions pour pallier à ces problèmes.

Lors de cette rencontre, la direction garantit le maintien de l’usine de Montréal. Des investissements majeurs sont prévus, assurant ainsi la survie de l’usine.

Grâce à la ténacité de toute une équipe, un deuxième sauvetage de cette usine et de ses 600 emplois est opéré.