Élections fédérales : La FTQ presse Ottawa de rétablir un programme de soutien du revenu pour les travailleurs âgés qui perdent leur emploi

Montréal, 23 novembre 2000 - La FTQ presse le gouvernement fédéral de rétablir un programme de soutien du revenu pour les travailleurs et travailleuses âgés de 55 ans et plus qui sont victimes d’un licenciement collectif, a fait savoir aujourd’hui le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy. « Rétablissons un programme comme le PATA, le programme d’adaptation pour les travailleurs âgés, que le gouvernement Chrétien a aboli unilatéralement en 1997 », dit M. Roy,

« M. Chrétien a justifié la tenue des élections par le besoin de demander aux Canadiens leur avis sur la façon d’utiliser les immenses surplus budgétaires accumulés par Ottawa, ajoute M. Roy. Eh bien voici un projet qui permettrait de rendre notre société un peu plus humaine sans qu’il en coûte très cher au trésor public. Ce qu’il faut pour les travailleurs et travailleuses âgés qui, malgré tous leurs efforts, sont exclus du marché du travail, c’est un programme de soutien du revenu qui ferait le pont entre la fin des prestations de l’assurance-emploi et l’arrivée à l’âge de la retraite. »

Beloit, Philips, Tripap…

Plusieurs fermetures d’usines sont survenues récemment au Québec et les plus âgés des travailleurs et travailleuses licenciés ont souvent été incapables de réintégrer le marché du travail. C’est ce qui est arrivé, notamment, dans le cas des membres de la FTQ travaillant chez Beloit à Sherbrooke, Philips à Saint-Jérome et Tripap à Trois-Rivières. « Ces groupes de travailleurs ont fait appel au gouvernement fédéral pour qu’il redonne vie au programme PATA, mais Ottawa est resté jusqu’ici insensible à leur demande d’aide », dit M. Roy. De son côté, le Bloc québécois a appuyé leurs demandes.

Le rétablissement d’un programme PATA amélioré devient de plus en plus nécessaire aujourd’hui, dans le contexte de la mondialisation de l’économie et compte tenu de la nette détérioration qu’a connue notre régime d’assurance-emploi sous l’action des gouvernements libéraux et conservateur. Par contre, les programmes de réinsertion au travail, que privilégient maintenant les gouvernements, bien qu’utiles dans beaucoup de situations, sont souvent inefficaces pour aider les travailleurs et travailleuses âgés.

Un appel à Paul Martin

À l’issue du sommet des pays du G-20 tenu à Montréal récemment, le ministre des Finances du Canada convenait que les gouvernements devaient mettre en œuvre des mesures efficaces de protection sociale pour les groupes les plus vulnérables de nos sociétés. « Le rétablissement d’un programme PATA amélioré répondrait très bien aux préoccupations sociales des pays du G-20. Voilà une belle occasion pour monsieur Paul Martin de passer de la parole aux actes », conclut M. Roy.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente près d’un demi-million de membres.