Document d'appui de la FTQ au Bloc Québécois

Début de la fin de la démocratie

Depuis le début des révélations de la vérificatrice générale et la mise en place de la Commission Gomery, le portrait de la corruption au Parti Libéral et du copinage entre le bureau du premier ministre, des ministres, grands commis de l’État et des Sociétés publiques a pris une ampleur telle que le premier rapport du juge Gomery nous présentait une véritable entreprise concertée de détournement de la démocratie.

Même si les libéraux fédéraux tentent de réveiller de vieux épouvantails pour faire oublier le scandale des commandites, nous ne pouvons ni voter pour , ni cautionner des pratiques qui marqueront pour longtemps la mémoire collective des Québécoises et des Québécois.

Les réponses aux grands enjeux soulevés par la FTQ

Entre pas de réponse du tout et des réponses fort incomplètes sur les grands enjeux que nous avons soulevés depuis des années, la récolte de changements significatifs est bien mince, sinon inexistante dans bien des dossiers. Prenons-en pour exemple :

– L’assurance-emploi où, malgré nos démarches incessantes et des promesses maintes fois renouvelées, nous n’avons eu droit qu’à des changements cosmétiques qui laissent sur le carreau de nombreux travailleurs et travailleuses qui ont pourtant cotisé à la caisse. Pensons par exemple aux travailleurs âgés victimes de fermetures ou de licenciements. Nous avons martelé la nécessité de remettre sur pied des PATA (programme de soutien du revenu des travailleurs âgés) avec des ressources suffisantes pour les travailleurs âgés de 50 ans et plus qui ont perdu leur emploi.

- Un secteur manufacturier à la dérive, de façon générale mais plus particulièrement dans le vêtement et le textile (plus de 25 000 emplois perdus dans les 18 derniers mois), alors que le gouvernement refusait d’utiliser des mesures transitoires pour faire face au dumping asiatique et chinois dans la foulée de la levée des quotas d’importation. Et ce alors que les Etats-Unis et l’Union Européenne ont utilisé ces mesures prévues dans les accords internationaux pour freiner la saignée des emplois manufacturiers.

- Une politique de l’aérospatiale attendue; nous avons assisté récemment à l’annonce par le fédéral de guides dans le secteur de l’aérospatiale, mais sans qu’y soit accolée l’annonce d’un financement conséquent d’une éventuelle politique. Avec la manne de milliards semés à tous vents depuis le début de décembre, on aurait pu s’attendre à un passage de la parole aux actes.

On pourrait multiplier les exemples d’occasions ratées par le gouvernement fédéral de répondre aux enjeux et aux attentes formulées de longue date dans nos rangs. On aurait pu ajouter les dossiers de la foresterie, du bois d’œuvre, du déséquilibre fiscal, de la formation professionnelle, de l’équité salariale ou encore la loi sur la faillite qui a été bien timidement améliorée pour nos membres, etc.

On aurait pu également parler de la place des syndicats au Tribunal canadien du commerce extérieur (TCCE), par exemple sur leur droit d’intervenir et sur leur accès à un siège sur cette instance. Mais voici venu le temps de nous positionner en fonction de nos valeurs et de nos revendications pour que, dans un futur rapproché, des élus redevables puissent porter avec davantage de convictions… et de résultats nos demandes collectives.

Appui au Bloc Québécois

Malgré la rhétorique des partis fédéralistes voulant que le Bloc Québécois soit condamné à une éternelle opposition, ses élus ont réussi à faire avancer un certain nombre de dossiers qui nous tenaient particulièrement à cœur ces dernières années. Mais attention, un appui de la part de la FTQ en faveur du Bloc Québécois dans la présente élection n’est en aucun cas inconditionnel et ne saurait constituer un chèque en blanc. Nous nous attendons à ce que le Bloc Québécois et ses députés soient porteurs de propositions et de mesures concrètes dans des dossiers qui nous importent collectivement :

- Le déséquilibre fiscal (responsable en partie d’un sous-financement chronique dans la santé, l’éducation et les programmes sociaux au Québec) et l’érosion des domaines de compétence provinciale par le fédéral;

- Des mesures concrètes pour contrer la dérive actuelle du secteur manufacturier au Québec, particulièrement dans le vêtement et le textile;

- Une politique ferme pour prévenir les fermetures d’usines ou d’entreprises et y limiter les dégâts – dans le respect de la compétence du Québec – notamment pour encadrer et financer la mise en place de comités de reclassement et pour obliger les entreprises impliquées à financer une partie de ces mesures ainsi que pour assujettir les subventions gouvernementales à des obligations de développement des entreprises ;

- La promotion et la mise en place de programmes de soutien du revenu des travailleurs âgés;

- Pour un service postal public et universel ;

- L’adoption d’une loi proactive sur l’équité salariale au fédéral;

- L’adoption de mesures anti briseurs de grève dans le Code canadien du travail;

La FTQ réaffirme son attitude pragmatique dans l’approche des différents enjeux identifiés par ses syndicats affiliés et, plus largement, par ses membres en tant que citoyens impliqués activement dans tous les secteurs de la société civile au Québec. L’appui de la FTQ au Bloc Québécois s’inscrit dans le cadre de cette approche pragmatique.