Dévoilement des résultats de la campagne des Sans-Chemise : Large consensus pour améliorer l’assurance-emploi

Montréal, 15 juin 2009- La Coalition des Sans-Chemise, qui regroupe la FTQ, la CSN, la CSQ et le Conseil national des chômeuses et des chômeurs (CNC), dévoile les résultats de sa campagne pour la bonification du régime d’assurance-emploi. Elle compte dorénavant sur un large appui au Québec comme au Canada. Près de 500 instances du monde politique, municipal, régional et économique ainsi que des institutions d’enseignement, l’Assemblée des évêques du Québec et divers organismes régionaux s’unissent pour réclamer d’une même voix une réforme du programme. Des conseils municipaux, dont ceux de Montréal et de Toronto, des CRE, des MRC, des instances économiques locales et régionales comme les chambres de commerce et les CLD ont signé la déclaration des Sans-chemise. À cette liste s’ajoutent la Fédération canadienne des municipalités, qui a adopté récemment une résolution à cet effet, ainsi que plusieurs provinces qui donnent leur appui à des améliorations à l’assurance-emploi dont le Québec, l’Ontario, la Saskatchewan et le Manitoba.

Faisant écho au large appui exprimé pour une amélioration substantielle et immédiate de l’assurance-emploi, la Coalition des Sans-Chemise demande aux libéraux d’utiliser leur journée de l’opposition, le 19 juin prochain, pour donner suite à leur promesse d’améliorer le régime d’assurance-emploi.

Avec la fin de la session parlementaire à Ottawa, les membres de la Coalition constatent avec déception que bien que la situation du chômage se soit considérablement détériorée au cours des derniers mois, le gouvernement Harper n’a toujours pas bougé. « Depuis que les conservateurs ont repris le pouvoir, c’est plus de 360 000 emplois qui se sont envolés au pays. On anticipe que le taux de chômage passera bientôt la barre des 10 %. Qu’est-ce que ça va prendre pour que le gouvernement passe à l’action ? », demande Michel Arsenault, président de la FTQ.

La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, rappelle qu’une bonification de l’assurance-emploi demeure incontournable en regard des besoins des travailleurs et des travailleuses, mais qu’elle est aussi la mesure qui a l’effet le plus stimulant pour l’économie. « Il s’agit là du meilleur investissement que le gouvernement puisse faire en période de récession. L’inertie des conservateurs n’est ni plus ni moins que de l’entêtement idéologique », fait-elle remarquer.

Les porte-parole de la Coalition observent que jamais la nécessité de bonifier l’assurance-emploi n’a fait l’objet d’un aussi large consensus social. « Au Québec, les élus de toutes les régions, ceux et celles qui sont le plus proches de la réalité de tous les jours, maires et préfets, se sont levés pour demander qu’on agisse dès maintenant pour aider les chômeurs, de souligner Réjean Parent, président de la CSQ. Il s’agit là d’un consensus que nos députés fédéraux auraient tort d’ignorer. »

La Coalition prend à témoin la résolution adoptée au congrès de la Fédération canadienne des municipalités la semaine dernière qui demande notamment au gouvernement fédéral de réduire les critères d’admissibilité et de bonifier les indemnités. « Il s’agit là d’un geste inédit de la part de la FCM. Une initiative qui traduit bien la gravité de la situation et l’urgence d’agir », de dire Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs.

Face à l’inaction désespérante des conservateurs et devant l’imminence de la clôture des travaux parlementaires à Ottawa, les porte-parole de la Coalition demandent donc aux partis d’opposition de s’unir pour signifier leur non-confiance envers la performance des conservateurs. « Nous demandons plus particulièrement au Parti libéral de donner suite à sa volonté exprimée récemment d’améliorer le régime d’assurance-emploi », ont-ils signifié.
-30-