Des négociations majeures sont en cours ou débutent bientôt pour 175 000 membres de la FTQ (construction, secteur public québécois et fédéral, papier, Bell, etc.)

Montréal, le 10 octobre 2003 — Plusieurs rondes de négociations majeures sont en cours ou débuteront prochainement pour quelque 175 000 membres de syndicats affiliés à la FTQ et certaines d’entre elles risquent de déboucher sur des conflits de travail, a fait savoir M. René Roy, secrétaire général de la centrale.

Parmi les négociations d’envergure, M. Roy mentionne celles qui concernent les groupes suivants à la FTQ : 67 000 salariés de la construction; 55 000 salariés des secteurs public et parapublic québécois; 30 000 fonctionnaires fédéraux; près de 10 000 salariés de l’industrie des pâtes et papier et 3 000 techniciens de Bell. D’autres négociations importantes impliquent quelque 1 500 employés de la Brasserie Molson et de plusieurs de ses centres de distribution; 1 500 métallos de deux entreprises minières de la Côte-Nord (IOC et Wabush), ainsi que 600 salariés de l’industrie pétrolière dans la région de Montréal.

Construction

Dans le bâtiment, les négociations s’amorcent déjà pour le renouvellement des conventions collectives qui expirent le 30 avril 2004 dans les quatre grands secteurs : résidentiel, institutionnel et commercial, industriel, génie civil et voirie. Ces négociations sont menées par le Conseil conjoint de la construction (FTQ) qui représente plus de 67 000 salariés, soit 72 % des syndiqués.

Secteur public et parapublic québécois

Les négociations concernent plus de 55 000 membres de la FTQ des réseaux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, ainsi que les juristes de l’État. Quatre syndicats sont impliqués : le SCFP, le SQEES-298, l’UES-800 et le SEPB. Les contrats sont échus depuis le 30 juin.

Fonction publique fédérale

Les négociations viennent de débuter à Ottawa pour près de 135 000 fonctionnaires, dont quelque 30 000 au Québec, membres de l’Alliance de la fonction publique du Canada. Le groupe le plus important est formé des 90 000 fonctionnaires qui négocient avec le Conseil du trésor et dont le contrat est échu depuis la fin de juin.

Pâtes et papier

Les négociations commenceront cet automne en vue de la signature du contrat de travail qui sert de modèle pour quelque 25 000 salariés d’une soixantaine d’usines de pâtes et papier au Québec (10 000 salariés), en Ontario et dans les Maritimes. Le dernier contrat, d’une durée de six ans, expire le 30 avril 2004. Les salariés sont membres du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP).

Bell

D’autres membres du SCEP entament leurs négociations ces jours-ci, soit les quelque 8 000 techniciens de Bell Canada au Québec (3 000) et en Ontario. Le contrat expire fin novembre.

D’autres négociations importantes

À la Brasserie Molson, le contrat des 1 500 membres du Syndicat des Teamsters expire le 31 décembre. Chez Pétro-Canada et Pétromont (600 salariés), le SCEP entame les pourparlers cet automne. À la Société de transport de Montréal, le SCFP négocie actuellement pour 950 membres du personnel administratif et de bureau.

Des négociations sont aussi en cours ou débutent bientôt dans les entreprises suivantes, entre autres : le Casino de Hull (900 salariés), Pepsi-Cola (500 salariés), Air Transat, l’Assurance-Vie Desjardins et la Fiducie Desjardins, la compagnie d’assurances Meloche Monnex, Camco-GE, la distillerie Schenley, les hôtels Château Mont-Tremblant, Château Montebello, Manoir Saint-Sauveur et Hilton Dorval, le quotidien La Tribune de Sherbrooke, plusieurs Réno-Dépôt et Rona.