Dernier relevé annuel de Statistique Canada : 44 000 syndiqués de plus au Québec en 2002 – Le taux de présence syndicale au Québec (40,4%) reste le plus élevé au Canada

Montréal, le 19 mars 2003 – Le nombre de syndiqués a augmenté au Québec en 2002 à un million deux cent soixante mille (1 260 000), soit 44 000 de plus que l’année précédente et 136 000 de plus qu’il y a trois ans, révèle le dernier relevé annuel de Statistique Canada dont la FTQ a obtenu copie.*

Comme il y a eu par ailleurs une forte augmentation du nombre de salariés sur le marché du travail, le taux de présence syndicale s’est maintenu à 40,4 %, au même niveau que l’année précédente. Pour l’ensemble du Canada, le taux s’est établi à 32,2 %, au même niveau également que l’année précédente. Aux États-Unis, le taux est de moins de 15 %.

Pour la troisième année d’affilée, le Québec se classe ainsi au premier rang des provinces canadiennes et au premier rang en Amérique du Nord. Il est suivi de Terre-Neuve (39,1 %), du Manitoba (36,1 %), de la Saskatchewan (35,8 %) et de la Colombie-Britannique (34,7 %). L’Ontario affiche un taux de 28,1 %, à l’avant-dernier rang devant l’Alberta qui ferme la marche à 24,5 % (tableau ci-joint).

Grande différence privé-public

Le président de la FTQ, M. Henri Massé, souligne qu’au cours des cinq dernières années, le taux de présence syndicale au Québec a progressé de 39,8 % en 1998 à 40,4 % en 2002. Le taux de présence syndicale est le rapport entre le nombre de salariés couverts par une convention collective et l’ensemble des salariés en emploi.

Toutefois, ajoute M. Massé, on constate une grande différence entre le secteur public, où le taux est de 82 % en 2002 et le secteur privé, où il n’est que de 27,4 %. C’est la raison pour laquelle, au total, il y a presque autant de syndiqués au Québec qui viennent du secteur public (48,2 %) que du secteur privé (51,8 %).

Pour M. Massé, ce faible taux de présence syndicale dans le secteur privé explique pourquoi la FTQ s’est toujours battue, et se bat encore, pour améliorer la législation du travail en vue de faciliter l’accès à la syndicalisation.

Hommes, femmes, jeunes

Selon Statistique Canada, 42,3 % des hommes sont syndiqués au Québec comparé à 38,3 % des femmes, soit une différence de quatre points de pourcentage.

Dans le secteur privé, les hommes sont syndiqués à 33,7 % comparé à seulement 19,6 % pour les femmes. Par contre, dans le secteur public, les femmes sont syndiquées à 83,7 % comparé à 79,5 % pour les hommes.

Par ailleurs, depuis 1998, le taux de présence syndicale chez les jeunes de 15 à 24 ans n’a cessé d’augmenter, et de façon assez substantielle, passant de 18,4 % à 23 %.

L’avantage d’être syndiqué

Selon Statistique Canada, l’avantage d’être syndiqué a encore augmenté en 2002.

Le salaire horaire moyen des syndiqués (hommes et femmes) au Québec en 2002 est de 19,60 $, alors que celui des non-syndiqués est de 15,19 $, un écart de 4,41 $ l’heure en faveur des syndiqués.

L’avantage syndical est encore plus grand pour les femmes que pour les hommes. Ainsi, le salaire horaire moyen des femmes syndiquées est de 18,86 $, comparé à 13,32 $ pour les femmes non-syndiquées, un écart de 5,54 $ l’heure.

Chez les hommes, le salaire horaire moyen des syndiqués est de 20,21 $, comparé à 17,02 $ pour les non-syndiqués, un écart de 3,19 $ l’heure.

Quant à la proportion de la rémunération des femmes par rapport à celle des hommes, elle est de 93,3 % chez les syndiqués (en progression par rapport à 91,6 % en 2001), et de 78,3 % chez les non-syndiqués (comparé à 77,7 % en 2001). Cela représente un écart de 15 points en faveur des femmes syndiquées.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

* Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, CD-ROM 2002

TABLEAU

Taux de présence syndicale par provinces (2002)

 
Tous%
Hommes%
Femmes%
Canada
32,2
32,3
32,0
Québec
40,4
42,3
38,3
Terre-Neuve
39,1
40,3
37,9
Manitoba
36,1
33,9
38,5
Saskatchewan
35,8
31,5
40,2
Colombie-Britannique
34,7
34,4
34,9
Île-du-Prince-Édouard
30,9
30,0
34,5
Nouvelle-Écosse
28,1
27,0
29,1
Nouveau-Brunswick
28,1
28,4
27,8
Ontario
28,1
28,6
27,6
Alberta
24,5
22,6
26,6