Décès de Pierre Bourgault : La FTQ perd un ami des syndicats et un camarade dans le combat pour faire du Québec un pays

<i>Photo : Marc-André Grenier <br>Source : www.prixduquebec.gouv.qc.ca

Photo : Marc-André Grenier
Source : www.prixduquebec.gouv.qc.ca

Montréal, le 16 juin 2003 – « La FTQ perd un ami du mouvement syndical et un camarade dans le combat que nous menons depuis tant d’années pour réaliser la souveraineté du Québec », a déclaré le secrétaire général de la plus grande centrale syndicale québécoise, M. René Roy, à la suite du décès de M. Pierre Bourgault.

« Pierre Bourgault était un ami des syndicats et en particulier de la FTQ, dit M. Roy. Il a souvent animé des sessions de formation en communications à l’intention de nos militants et militantes, qui appréciaient énormément son professionnalisme. C’était un homme progressiste, social-démocrate, pro-syndical. C’était aussi un passionné de la langue française qu’il maniait avec un brio remarquable, dans ses discours autant que dans ses écrits. Il fut l’un des plus ardents promoteurs du français comme langue de travail et comme langue nationale au Québec. »

M. Roy conclut : « Ce qui nous peine le plus, c’est que M. Bourgault nous quitte avant qu’il puisse voir le Québec devenir un pays, ce qui était la grande cause de sa vie depuis son adhésion en 1960 au Rassemblement pour l’indépendance nationale, le RIN, dont il fut un grand leader. Mais si certains meurent au combat, d’autres prennent la relève. La mort de Pierre Bourgault nous appelle à continuer, avec encore plus de vigueur, son combat pour faire du Québec un pays souverain, moderne et ouvert sur le monde. »

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.