Décès de Louis Laberge

Montréal, le 19 juillet 2002 — M. Louis Laberge, ex-président de la FTQ et du conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ, est décédé hier soir d’un arrêt cardiaque, à son domicile de L’Assomption, à l’âge de 78 ans.

NOTES BIOGRAPHIQUES

M. Louis Laberge a été durant vingt-sept ans, de 1964 à 1991, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), la plus grande centrale syndicale québécoise. Il a également été le fondateur du Fonds de solidarité de la FTQ et le président du conseil d’administration du Fonds de 1983 à 1993.

Né à Sainte-Martine près de Châteauguay, le 18 février 1924, M. Laberge a fait ses études à l’École supérieure Saint-Stanislas à Montréal. Il commence à travailler en 1943 à l’avionnerie Canadair, à Saint-Laurent, comme assembleur puis comme mécanicien en aéronautique.

Il adhère à la section locale 712 de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA), un syndicat affilié à la Fédération provinciale du travail du Québec (FPTQ). Il est élu successivement délégué d’atelier (1946), secrétaire archiviste et membre du comité des griefs (1947), puis représentant syndical permanent (1948).

En 1950, il est élu à l’exécutif du Conseil des métiers et du travail de Montréal (CMTM) ; il en devient le secrétaire en 1951 puis le président de 1955 à 1964. Il est l’un des trois représentants de l’organisme au conseil municipal de Montréal, de 1954 à 1960. En 1957, il est élu directeur pour le secteur de l’équipement de transport de la FTQ nouvellement fondée.

En 1961, M. Laberge devient représentant international de l’AIMTA, poste qu’il occupe jusqu’en 1964 alors qu’il est nommé à la direction du service d’organisation au Québec du syndicat des Travailleurs unis de l’automobile et de l’aérospatiale (TUA), un autre syndicat affilié à la FTQ. Il est aussi membre du comité de direction du NPD-Québec.

En 1962, il devient l’un des vice-présidents de la FTQ. Le 30 octobre1964, après le décès de Roger Provost, il est élu président de la centrale à la suite d’un vote du conseil exécutif . Il devient d’office vice-président du Congrès du travail du Canada (CTC). Il sera réélu par acclamation à la tête de la FTQ à chaque congrès.

A titre de président de la FTQ, M. Laberge a participé à plusieurs grandes luttes syndicales. À la suite de la grève du Front commun dans le secteur public en 1972, il a été emprisonné durant plus de quatre mois avec les présidents de la CSN et de la CEQ.

M. Laberge a été membre du conseil d’administration de plusieurs organismes : Conseil consultatif du travail et de la main-d’oeuvre, Commission de la santé et de la sécurité du travail, Caisse de dépôt et placement du Québec, etc.

Marié à Lucille Chaput, il était le père de trois enfants.

Pour une chronologie plus complète, on peut consulter la biographie Louis Laberge. Le syndicalisme c’est ma vie, publiée aux Éditions Québec Amérique en 1992.