Décès de Dennis McDermott

Le mouvement syndical canadien a perdu un grand chef ouvrier. Dennis McDermott s’est éteint le 13 février à l’âge de 80 ans. De 1978 à sa retraite en 1986, le confrère McDermott a occupé le poste de président du Congrès du travail du Canada. Auparavant, il avait été directeur canadien des TCA durant dix ans.

« La carrière de Dennis McDermott est un modèle de leadership efficace dans le monde du travail, mentionne Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada. Il a fait avancer le mouvement syndical. Il n’a jamais perdu de vue les préoccupations des travailleurs et des travailleuses. Mais il s’est également préoccupé des droits et libertés publiques, de l’action politique syndicale et de la création de liens syndicaux au-delà des frontières. »

Sa participation à la vie syndicale a commencé en 1948, lorsqu’il est entré à l’usine Massey-Ferguson, à Toronto, comme monteur-soudeur. Dès son adhésion à la section locale 439 des TCA, il s’est révélé un ardent militant. En 1954, il est embauché au Service de l’organisation du syndicat et il devient conseiller syndical en 1956.

Nommé directeur d’une sous-région de Toronto en 1960, il est demeuré à ce poste jusqu’à son élection à titre de directeur canadien des TCA en 1968. La même année, il a été élu vice-président général du Congrès du travail du Canada.

Toujours sensible à la dualité canadienne, Dennis McDermott a été le premier chef d’un grand syndicat hors Québec à opter sans équivoque en faveur du droit du Québec à l’autodétermination.

Il a participé activement aux travaux de la Confédération internationale des syndicats libres (CISL), qui compte 60 millions de membres dans le monde et dont il a été vice-président.
Toute la FTQ présente ses condoléances à sa famille et à ses proches. Nous partageons leur peine.