Début du conflit de travail chez Vidéotron

Le 8 mai – C’est parti! Les 2 200 employés de Vidéotron sont en grève depuis minuit une minute cette nuit et quatorze minutes plus tard, le lock-out de l’employeur entrait en vigueur.

Depuis ce matin, à Montréal et à Québec, des centaines de travailleurs enthousiastes se trouvent sur les différentes lignes de piquetage. Tout le monde est conscient que le conflit sera long, mais les employés sont déterminés à aller jusqu’au bout et à briser l’intransigeance de Pierre-Karl Péladeau. Au 405 Ogilvy, les syndiqués du local 2815 affichaient leur bonne humeur et une ambiance bon enfant régnait malgré la présence de quelques policiers, en début de journée.

À Québec, plusieurs travailleurs ont vivement réagi hier soir quand ils ont vu des briseurs de grève arriver pour prendre leurs camions. Il y a eu un peu de brasse-camarade et des camions ont été légèrement endommagés, des pneus ont été dégonflés et des serrures bloquées avec de la colle. En somme, rien de bien grave dans le contexte. Mais si ces gestes peuvent être jugés disgracieux, ils sont tout de même révélateurs de la tension et de l’émotion qui sont présents dans ce conflit. Quand on voit des scabs arriver, des gens qui prennent nos emplois, il est normal de réagir et de leur dire notre façon de penser. Les employés de Vidéotron se sentent trahis par un employeur qui est prêt à tout, même vendre des emplois à des sous-traitants, pour faire des profits sur le dos du monde. Dans ce contexte, Pierre-Karl Péladeau ne doit pas s’attendre à pouvoir démanteler Vidéotron sans que ceux et celles qui l’ont bâtie tout au long des 20 dernières années le laissent faire sans réagir. Au cours des prochains jours et des prochaines semaines, les deux sections locales vont prendre les moyens nécessaires pour faire passer leur message tout en évitant les actes de vandalisme.

Source: http://scfp.qc.ca » target= »_blank »>http://scfp.qc.ca